Aller au contenu principal

Le broyeur sous clôture peine à convaincre

Les broyeurs sous clôture pallient les limites des broyeurs d’accotements et des épareuses, sans pour autant répondre à tous les besoins. De plus, l’offre n’évolue guère et les matériels nécessitent une certaine dextérité à l’utilisation.

Le broyeur d’accotement ou l’épareuse sont les matériels les plus couramment employés pour l’entretien mécanique des bords de champs. Malgré leur polyvalence, ceux-ci montrent leurs limites sur les parcelles clôturées. Les manœuvres d’évitement des piquets peuvent rapidement devenir fastidieuses. En découlent une perte de temps et un risque d’endommager la clôture et le matériel. De plus, en présence de fils à une hauteur inférieure à 50 centimètres, l’outil ne passe plus. D’où l’intérêt des broyeurs sous clôture, surtout depuis le durcissement de la réglementation limitant le recours au désherbage chimique en bord de champs. Ces broyeurs sont principalement à axe vertical et à entraînement hydraulique. Monté sur un bras déporté, le satellite travaille, selon les modèles, sur une largeur de 50 à 100 centimètres. Ils sont généralement équipés de deux voire trois couteaux et plus rarement de fils. Les plus aboutis proposent une hauteur de travail réglable et reposent sur un patin au travail.

Escamotage quasi complet

Ces appareils se différencient également par leur dispositif d’escamotage pour contourner les piquets. Les plus simples intègrent un ressort qui agit comme une sécurité pour éviter l’obstacle. Cette solution est à proscrire pour les clôtures fragiles. Les plus évolués bénéficient d’un escamotage par vérin hydraulique commandé manuellement ou par un capteur qui détecte le piquet. Dans tous les cas, le satellite s’efface quasi complètement à chaque piquet. Quant aux problèmes de dénivellations, certains constructeurs proposent des solutions permettant de travailler sur une course techniquement possible de -15° à + 90°.

4 000 à 10 000 euros

Suivant les modèles, l’attelage peut se faire aussi bien sur le relevage arrière que le relevage avant, à droite comme à gauche du tracteur, ou sur un outil de manutention (chargeur frontal, chariot télescopique). Le satellite peut également être monté à l’extrémité d’un broyeur, bien qu’ils aient été développés à l’origine pour les secteurs arboricole ou viticole.

Pour plus de polyvalence et suivant les marques, le bâti des broyeurs sous clôture peut être valorisé pour d’autres applications, avec, par exemple, une cureuse de fossés ou une balayeuse, installée en lieu et place du satellite, à l’image de celui d’une épareuse.

Comptez entre 4 000 et 10 000 euros pour un matériel d’entretien des bords de champ quel qu’il soit. D’autres appareils, conçus pour la fauche sous les glissières de route ou offrant d’autres fonctions sur un porteur polyvalent, pourraient convenir, mais leur prix excessif (plus de 20 000 euros) peut difficilement se justifier, même pour une utilisation en Cuma.

 

Michel Seznec, union des Cuma des Pays de la Loire

 Michel Seznec, conseiller machinisme Union des Cuma des Pays de la Loire

 « Des évolutions sont attendues »

 « Depuis quelques années, le marché des broyeurs n’a pas connu de réelle évolution technologique. La    plupart des constructeurs proposent un système à satellite monté en bout d’un bras déporté. Cela s’explique en partie par le fait que le broyeur sous clôture n’a de réel intérêt que pour des clôtures fixes, équipée de fils conducteurs de courant. Dans le cas de clôtures électrifiées provisoires, il est généralement plus judicieux de déplacer la clôture le temps du passage d’un outil traditionnel, puis de la réinstaller.

Les broyeurs sous clôture sont souvent difficiles à régler et demandent beaucoup de dextérité quant à l’utilisation. Globalement, sur un parcours bien nivelé en bordure de prairie, le travail est satisfaisant. Encore faut-il préférer multiplier les passages dans une année. Cela se complique dans les conditions scabreuses d’une clôture longeant un fossé. Concernant le système d’escamotage, il ne permet pas un broyage complet tout autour du piquet, une zone non broyée subsistant généralement derrière celui-ci. Les piquets de clôture doivent être de qualité et bien implantés, car ils sont parfois mis à rude épreuve. Bien que les broyeurs soient souvent achetés en copropriété ou en Cuma, le rapport qualité/prix est moins favorable que celui d’un broyeur d’accotement ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
La convergence aggrave la perte sur l'aide couplée pour les systèmes engraisseurs spécialisés de jeunes bovins, naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins et naisseurs-engraisseurs de veaux sous la mère.
PAC 2023 : les aides du premier pilier ne favorisent pas les systèmes qui engraissent
D’après une simulation de l’Institut de l’élevage, les systèmes qui engraissent seraient franchement perdants sur le premier…
En Espagne, la convergence n'est pas favorable aux systèmes engraisseurs.
PAC 2023 : quels choix ont fait nos voisins européens pour les bovins viande ?
Chez nos voisins et partenaires européens, les aides couplées aux bovins viande évoluent globalement peu, et il n’y a pas…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Pour l’engraissement de jeunes bovins ou de femelles, les repères sont bousculés entre de nouveaux niveaux de charges alimentaires, et des cotations des animaux qui évoluent constamment et rapidement.
Une conjoncture déstabilisante pour l’engraissement
Entre volatilité des cours des matières premières pour l’engraissement des bovins viande et cotations inédites des animaux, les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande