Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

La station de Lanaud a 30 ans

© www.limousine.org

Située au sud de Limoges, la station de Lanaud a trente ans. Le 5 juin dernier les responsables de l’OS ont fêté cet anniversaire et ont rendu hommage à Louis de Neuville, ancien président de l’Upra et instigateur de cette station dont le hall de vente porte désormais le nom.
Créée pour comparer dans des conditions homogènes les jeunes taureaux les plus prometteurs de leur génération avec un objectif de 700 têtes par an, cette station occupe une place centrale au sein du programme français d’amélioration génétique de la Limousine.
Mais avec à peine plus de 600 animaux évalués chaque année ces 5 dernières campagnes, les chiffres sont en deçà des objectifs. « Coût de pension et difficultés de trésorerie en élevage sont une partie de l’explication. Concomitant à cela, la vente en ferme de très jeunes reproducteurs à des niveaux élevés n’incite pas certains éleveurs à « risquer » de mettre leur meilleur veau en station », souligne l’OS Limousin. Et de rappeler également les incertitudes sur le devenir des aides provenant de France AgriMer et du Fonds national de l’élevage. Ces dernières sont de 305 € par veau évalué. Chiffre important alors que le coût de pension avoisine 1000 €/tête et que l’augmentation du coût des intrants tend à fragiliser un équilibre financier jugé précaire.
Une autre interrogation est de savoir quelle place donner au potentiel de croissance dans la sélection. En 1984, ce volet était prioritaire puisque c’était le principal point faible de la Limousine. « Cependant, depuis quelques années, les clignotants passent à l’orange sur d’autres postes qui faisaient sa réputation telles que les facilités de naissance et la finesse d’os. Peut-être sommes-nous arrivés à l’optimum de ce qui pouvait se faire », s’interroge l’OS. Continuer à miser sur toujours plus de format et de croissance risque de se traduire par une diminution de la productivité numérique. Il y a des seuils qu’il serait dangereux de franchir si la Limousine entend continuer à être en phase avec les attentes des éleveurs en termes de facilité de conduite.
Pour les années à venir, la volonté est de donner de l’importance au volet Qualités maternelles en insistant sur les jeunes taureaux présentant a priori les meilleures aptitudes sur ces aspects,
lesquels ne vont d’évidence pas de pair avec des GMQ records ou des formats très conséquents. « Les tests génomiques développés par IngenomiX intégrés depuis cette 30e campagne sont un indicateur fort. Cela passe notamment par un travail pédagogique pour faire comprendre que le veau à la morphologie irréprochable n’est pas toujours le meilleur… même si l’œil de l’éleveur est important. Un bon compromis entre « papier » et « morphologie» doit être privilégié et ne pas basculer dans le «tout l’un ou tout l’autre. »


Biogaz et communication sur l’élevage


Après la mise en place l’an dernier d’un méthaniseur, l’autre initiative est « Limousine Park ». Il s’agit d’un parc à thème destiné à communiquer auprès du grand public sur les réalités de l’élevage allaitant et la viande bovine.

Chiffres clés

• 14 475 taureaux issus de 1 319 élevages différents ont été évalués en 114 séries.
• Mention spéciale au Gaec Rouchès dans l’Aveyron avec 259 animaux évalués.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande