Aller au contenu principal

La part des femelles allaitantes inséminées en semences sexées progresse doucement en 2019

Alors que le recours à la semence sexée dans les troupeaux bovins connaît un léger recul (- 3 %), son utilisation dans les troupeaux allaitants se développe.

semences paillettes inséminations
© C. Delisle

« Le choix de la semence sexée est très variable dans les troupeaux bovins, selon les types de production, laitière ou allaitante, les races et les zones d’élevage. En bovins viande, la part de femelles inséminées en semences sexées augmente lentement pour atteindre près de 3 % des femelles inséminées en 2019, parmi lesquelles 20 % le sont avec de la semence sexée mâle », note l’Institut de l’élevage. Dans les élevages concernés par cette pratique, la semence mâle est employée sur 26 % des vaches allaitantes, 15 % des génisses.

Plus des trois quarts des inséminations en semences sexées enregistrées sont des IA premières. Sur l’ensemble du cheptel bovins, 2 746 taureaux de 32 races différentes sont utilisés dans ce cadre. Côté femelles, des IA sexées sont réalisées dans 28 races de vaches.

 

Une offre qui s’étoffe en races à viande

L’offre s’élargit dans toutes les races allaitantes, « ce qui contribue au maintien de l’activité. La race Salers se distingue comme étant la race où le recours aux semences sexées est le plus important, avec 20 % des génisses inséminées en semences sexées femelles et près de 10 % des vaches », souligne l’Institut de l’élevage. Son utilisation apparaît comme un levier important de la gestion du renouvellement.

En races allaitantes, il y a en moyenne autant de vaches que de génisses inséminées en semences sexées. « Après une IA1 sexée, l’IA2 éventuelle est assurée en semences sexées pour près de 20% des cas. L’IA3 est le plus souvent réalisée en semences conventionnelles. Au total, toutes races confondues, 10,6 % des IA premières et 3,7 % des IA de retour sont sexées. »

 

Lire aussi : Chez Adeline et Yohan Baudouin dans les Deux-Sèvres, 100 % d’IA sexée femelle et un maximum de vêlages à deux ans

 

Des taux de non-retour inférieurs par rapport à la semence conventionnelle

Les taux de non-retour en semences sexées sont inférieurs de 10 à 20% par rapport à de la semence conventionnelle. Les taux de non-retour (TNR 90 jours) en races allaitantes sont plus élevés qu’en races laitières. Sur les génisses, « les TNR90, suite à des IA sexées mâles sont supérieurs à ceux obtenus en semences sexées femelles : + 9 % en blonde d’aquitaine, + 4 % en Charolaise et + 2 % en Limousine. Sur vaches, à l’exception de la blonde d’aquitaine qui affiche un TNR90 sur IA sexées mâles de + 2 % par rapport à l’utilisation de semences femelles, la tendance s’inverse et les écarts de TNR90 observés entre semences sexées mâles et sexées femelles, sont de – 7 % en charolaise et – 8 % en race limousine. »

Les vêlages qui suivent des IA fécondantes en semences sexées femelles, donnent en moyenne 91,2% de femelles nées. Pour la semence sexée mâle la tendance est identique avec un taux de naissance de veaux mâles de 90,5%.

 

Lire aussi : Au Gaec les Deux Gîtes en Vendée, de la semence sexée mâle pour modifier le sexe ratio

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Delphine et Françk Maguet, Gaec Maguet James à Cristot dans le Calvados.Ignoble P élève ses deux petites femelles et le petit mâle a été adopté par une autre vache.
« Notre charolaise de 8 ans nous a déjà donné treize veaux »
Delphine et Franck Maguet, du Gaec Maguet James à Cristot dans le Calvados, ont dans leur troupeau ce que l'on appelle une bonne…
Fortement contesté lors de leur édification durant l'hiver 2015, les deux stabulations de 180 m de long avaient été vandalisées avec des tags injurieux puis partiellement incendiées en décembre 2016.
Le centre d’engraissement de Saint Martial le Vieux repris par la société T’RHEA
Le centre d’engraissement collectif de Saint Martial le Vieux situé sur le plateau de Millevaches dans la Creuse a été repris par…
Un foin de faible valeur à volonté est-il idéal pour des vaches allaitantes gestantes ?
Peut-on tolérer un déficit protéique important, susceptible de perturber le fonctionnement du rumen, sur la fin de gestation des…
[Prospective] Un net recul du cheptel allaitant se profile à l’horizon 2030
Une étude prospective réalisée par l’Institut de l’élevage fait état d’un recul proche de 600 000 têtes pour le nombre de vaches…
La France produit moins de jeunes bovins mais en consomme davantage
La France produit moins de jeunes bovins mais en consomme davantage
Bien qu’essentielle au maintien des équilibres de production entre les différentes catégories de bovins, la production française…
Niveau record pour l'Ipampa viande bovine en septembre 2021
L'Ipampa viande bovine est l'indice des prix d'achat des moyens de production pour les producteurs de viande bovine. Il permet de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande