Aller au contenu principal

La part des femelles allaitantes inséminées en semences sexées progresse doucement en 2019

Alors que le recours à la semence sexée dans les troupeaux bovins connaît un léger recul (- 3 %), son utilisation dans les troupeaux allaitants se développe.

semences paillettes inséminations
Le nombre d’exploitants ayant recours à l'insémination par l'éleveur a cru de 10 % en 2019 par rapport à 2018.
© C. Delisle

« Le choix de la semence sexée est très variable dans les troupeaux bovins, selon les types de production, laitière ou allaitante, les races et les zones d’élevage. En bovins viande, la part de femelles inséminées en semences sexées augmente lentement pour atteindre près de 3 % des femelles inséminées en 2019, parmi lesquelles 20 % le sont avec de la semence sexée mâle », note l’Institut de l’élevage. Dans les élevages concernés par cette pratique, la semence mâle est employée sur 26 % des vaches allaitantes, 15 % des génisses.

Plus des trois quarts des inséminations en semences sexées enregistrées sont des IA premières. Sur l’ensemble du cheptel bovins, 2 746 taureaux de 32 races différentes sont utilisés dans ce cadre. Côté femelles, des IA sexées sont réalisées dans 28 races de vaches.

 

Une offre qui s’étoffe en races à viande

L’offre s’élargit dans toutes les races allaitantes, « ce qui contribue au maintien de l’activité. La race Salers se distingue comme étant la race où le recours aux semences sexées est le plus important, avec 20 % des génisses inséminées en semences sexées femelles et près de 10 % des vaches », souligne l’Institut de l’élevage. Son utilisation apparaît comme un levier important de la gestion du renouvellement.

En races allaitantes, il y a en moyenne autant de vaches que de génisses inséminées en semences sexées. « Après une IA1 sexée, l’IA2 éventuelle est assurée en semences sexées pour près de 20% des cas. L’IA3 est le plus souvent réalisée en semences conventionnelles. Au total, toutes races confondues, 10,6 % des IA premières et 3,7 % des IA de retour sont sexées. »

 

Lire aussi : Chez Adeline et Yohan Baudouin dans les Deux-Sèvres, 100 % d’IA sexée femelle et un maximum de vêlages à deux ans

 

Des taux de non-retour inférieurs par rapport à la semence conventionnelle

Les taux de non-retour en semences sexées sont inférieurs de 10 à 20% par rapport à de la semence conventionnelle. Les taux de non-retour (TNR 90 jours) en races allaitantes sont plus élevés qu’en races laitières. Sur les génisses, « les TNR90, suite à des IA sexées mâles sont supérieurs à ceux obtenus en semences sexées femelles : + 9 % en blonde d’aquitaine, + 4 % en Charolaise et + 2 % en Limousine. Sur vaches, à l’exception de la blonde d’aquitaine qui affiche un TNR90 sur IA sexées mâles de + 2 % par rapport à l’utilisation de semences femelles, la tendance s’inverse et les écarts de TNR90 observés entre semences sexées mâles et sexées femelles, sont de – 7 % en charolaise et – 8 % en race limousine. »

Les vêlages qui suivent des IA fécondantes en semences sexées femelles, donnent en moyenne 91,2% de femelles nées. Pour la semence sexée mâle la tendance est identique avec un taux de naissance de veaux mâles de 90,5%.

 

Lire aussi : Au Gaec les Deux Gîtes en Vendée, de la semence sexée mâle pour modifier le sexe ratio

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande