Aller au contenu principal

La nutrition animale se mobilise pour un plan protéines

Pour les fabricants d'aliments, le soja zéro déforestation doit devenir « le standard ». © B. Aumailley
Pour les fabricants d'aliments, le soja zéro déforestation doit devenir « le standard ».
© B. Aumailley

La période de confinement a rappelé l’impérieuse nécessité pour la France et l’Union européenne de construire une stratégie protéines forte afin de répondre aux enjeux d’autonomie alimentaire. Le volet agricole du plan de relance a d’ailleurs identifié la nutrition animale comme un secteur stratégique.

La disponibilité en matières premières riches en protéines produites sur nos territoires s’érode. Certaines productions, comme le colza, reculent. « Les importations couvrent désormais 46 % des besoins en matières riches en protéines en France et 66 % en Europe pour la campagne 2018-2019 », a rappelé le Snia (Syndicat national de l’industrie de la nutrition animale) lors d’une conférence de presse organisée en octobre dernier. Les deux tiers des tourteaux de soja importés proviennent du Brésil (2,1 Mt pour les fabricants d’aliments et éleveurs fabriquant leur propre aliment). « Nous nous sommes engagés pour améliorer la durabilité de ces importations et renforcer l’autonomie protéique de nos territoires à travers la démarche Duralim », a souligné François Cholat, président du Snia. L’objectif étant de parvenir à « zéro déforestation importée d’ici 2025 » à travers cette plateforme. Tout l’enjeu consiste à ce que les importateurs tracent et certifient ces lots. Pour la nutrition animale, cette certification occasionnera des surcoûts allant de 21 millions d’euros (soja et palme « durables ») à 69 millions d’euros (soja et palme « 100 % tracés »). Une estimation issue d’une étude à paraître réalisée par le Céréopa (bureau d’études), Abcis (instituts techniques animaux) et Duralim. « Les fabricants n’auront pas les moyens d’avaler ce surcoût », observe François Cholat. D’après cette étude, le surcoût au stade consommateur oscillerait entre 0,03 % et 0,45 % du prix de vente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant
REPRO, VELAGE, FORMAT,...en tout six index "techniques", chacun correspondant à un grand thème d’aptitudes, seront livrés fin…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande