Aller au contenu principal

La nutrition animale se mobilise pour un plan protéines

Pour les fabricants d'aliments, le soja zéro déforestation doit devenir « le standard ». © B. Aumailley
Pour les fabricants d'aliments, le soja zéro déforestation doit devenir « le standard ».
© B. Aumailley

La période de confinement a rappelé l’impérieuse nécessité pour la France et l’Union européenne de construire une stratégie protéines forte afin de répondre aux enjeux d’autonomie alimentaire. Le volet agricole du plan de relance a d’ailleurs identifié la nutrition animale comme un secteur stratégique.

La disponibilité en matières premières riches en protéines produites sur nos territoires s’érode. Certaines productions, comme le colza, reculent. « Les importations couvrent désormais 46 % des besoins en matières riches en protéines en France et 66 % en Europe pour la campagne 2018-2019 », a rappelé le Snia (Syndicat national de l’industrie de la nutrition animale) lors d’une conférence de presse organisée en octobre dernier. Les deux tiers des tourteaux de soja importés proviennent du Brésil (2,1 Mt pour les fabricants d’aliments et éleveurs fabriquant leur propre aliment). « Nous nous sommes engagés pour améliorer la durabilité de ces importations et renforcer l’autonomie protéique de nos territoires à travers la démarche Duralim », a souligné François Cholat, président du Snia. L’objectif étant de parvenir à « zéro déforestation importée d’ici 2025 » à travers cette plateforme. Tout l’enjeu consiste à ce que les importateurs tracent et certifient ces lots. Pour la nutrition animale, cette certification occasionnera des surcoûts allant de 21 millions d’euros (soja et palme « durables ») à 69 millions d’euros (soja et palme « 100 % tracés »). Une estimation issue d’une étude à paraître réalisée par le Céréopa (bureau d’études), Abcis (instituts techniques animaux) et Duralim. « Les fabricants n’auront pas les moyens d’avaler ce surcoût », observe François Cholat. D’après cette étude, le surcoût au stade consommateur oscillerait entre 0,03 % et 0,45 % du prix de vente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande