Aller au contenu principal

« La mixité porcs-bovins apporte de la stabilité à l'exploitation »

Sur l'exploitation de Christian Guy dans le Cantal, les productions porcines et bovines se côtoient depuis plus de trente ans. Plusieurs intérêts peuvent être donnés à cette mixité. À commencer par la stabilité financière offerte au Gaec par la présence de ces deux espèces.

Guy Christian, 150 mères limousines, 100 truies naisseur-engraisseur, 600 000 litres, Junhac, Cantal © DR
Guy Christian élève 150 mères limousines et 100 truies en système naisseur-engraisseur à Junhac dans le Cantal. Il produit aussi 600 000 litres de lait.
© DR

Christian Guy élève 150 mères limousines et 100 truies en système naisseur engraisseur à Junhac, dans le Cantal. Il produit aussi 600 000 litres de lait. « Sur l’exploitation, les productions porcines et bovines se côtoient depuis plus de trente ans. Chacun est affecté à une production en particulier mais on peut tous se remplacer sur n’importe quel atelier. Plusieurs intérêts peuvent être donnés à cette mixité. À commencer par la stabilité financière offerte au Gaec par la présence de ces deux espèces. Économiquement parlant, il y a toujours une production qui faiblit. Quand pour l’une les cours sont au plus haut, pour l’autre c’est l’inverse et vice versa. Il n’y en a jamais une qui reste au sommet.

Lire aussi : Les intérêts de la mixité bovins-porcins analysés dans le Massif-Central

La mixité de ces deux espèces représente également une plus-value agronomique pour nos sols. Les apports de matières organiques variés nous permettent par ailleurs de réaliser des économies d’intrants. L’apport de lisier de porc sur prairies est un atout. Elles revalorisent bien les sous-produits de la production porcine ce qui engendre un potentiel de production plus important et à moindre coût. Les autres effluents sont ainsi gardés pour les cultures et le maïs.

Le lisier de porc est principalement apporté au printemps après une fauche ou sur parcelle déjà pâturée. On arrête l’épandage au plus tard le 15 juin et on recommence au 15 septembre (si les conditions l’autorisent) pour redynamiser la pousse de l’herbe automnale. On attend généralement trois semaines entre un épandage de lisier et le pâturage d’une prairie, ce qui correspond à notre durée de rotation. Nos prairies naturelles disposent d’une flore assez diversifiée. Pour l’épandage, on utilise la tonne à lisier de la Cuma.

Les élevages de porcs permettent également de maintenir un certain nombre d’abattoirs multiespèces. La fermeture de ceux-ci compliquerait la donne pour l’abattage de nos bovins. »

 

Lire aussi : Chez Vincent Noël en Mayenne : un système bien équilibré entre Limousines et truies plein air

Lire aussi  : Une exploitation équilibrée qui associe porcs et bovins bio dans les monts du Lyonnais

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
Philippe Bosc. "L'association ray- grass hybride + trèfle violet est comme toutes les prairies et céréales mise en place en semis direct sans aucun travail du sol et ceci depuis 26 ans." © F. d'Alteroche
"Je sème mes prairies sous le couvert d'un méteil"
Des fourrages de qualité sont déterminants pour favoriser la fertilité et avoir des vêlages les plus groupés possible. Philippe…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande