Aller au contenu principal

La Limousine se donne en spectacle à Péri’Meuh

Organisé à côté du centre-ville historique de Périgueux, en Dordogne, le dernier national Limousin a mêlé grand public et professionnels, permettant aux seconds de rappeler aux premiers les réalités et la finalité du métier d’éleveur. 

La finalité de l’élevage allaitant, c’est la viande et sans steak, pot-au-feu ou hamburger dans les assiettes, les magnifiques régions de bocage et d’herbage qui font le charme des campagnes françaises n’existeraient pas. C’est ce que sont venus rappeler les éleveurs limousins aux citadins périgourdins à l’occasion de leur dernier concours national couplé au salon « Péri’Meuh », une fête agricole mettant en avant la gastronomie et le terroir. Organisée tous les deux ans au centre de cette agglomération de 103 000 habitants, elle vise à amener la campagne au cœur de la ville et donc rapprocher le consommateur du producteur. « A l’heure de l’agribashing, ces échanges, placés sous le signe de la curiosité bienveillante et du soutien populaire, réchauffent le cœur des éleveurs, fiers une nouvelle fois de présenter le meilleur de leur travail et de la génétique française. » expliquait Jean-Marc Alibert, Président de France Limousin Sélection. Toute la bonne humeur, la gouaille et les talents de « vulgarisateur du terroir » de Renaud Champmartin, le Monsieur Loyal de ce concours Limousin ont été mis à contribution pour faire passer des messages.

Finesse d’os et capacité d’ingestion

Quelques 450 bovins issus de 180 élevages « campaient » sous les chapiteaux montés le long des boulevards bordant le centre-ville historique. « Des animaux bien préparés et des styles morphologiques différents » expliquait Gilles Lequeux, responsable commercial à Interlim. Depuis le très « viande » jusqu’aux animaux plus élevage avec davantage de format, différents types morphologiques étaient présents. « Cette diversité est importante pour s’adapter aux différents marchés. Elle gagne à être préservée. » 

Les jurys ont mis en avant les fondamentaux de la Limousine en insistant dans leurs commentaires sur l’importance de la finesse d’os, des bassins et de la bonne locomotion. « La finesse d’os c’est fondamental. Des dessus longs et larges mais également bien tendus pour avoir une bonne longévité, une bonne profondeur… Ces derniers été nous démontrent aussi l’importance d’avoir des animaux possédant suffisamment de capacité d’ingestion pour valoriser d’importantes quantités de fourrages grossiers pas forcément bien riches sur le plan de leur valeur alimentaire » soulignait Benoît Souvignet, un des juges de ce concours, en charge des sections de jeunes mâles.

La vente aux enchères de reproducteurs organisée par Interlim a permis de commercialiser 24 animaux dont une majorité de génisses à une moyenne de 5 418 € avec une forte participation d’étrangers (Irlandais, Britanniques, Portugais…) qui ont acheté 18 animaux. La meilleure vente est allée à un taureau de 3 ans bien en viande adjugé 12 300 €. Les animaux finis étaient également à l’honneur avec six bonnes bêtes bouchères adjugées à une moyenne de 5 300 €. L’édition 2020 de ce concours aura lieu à Limoges.

Les principaux résultats du Palmarès

- Premier prix d’ensemble au Gaec Pimpin (Haute-Vienne) 

- Challenge de l’espérance femelle : Noubat au Gaec Lagautrière élevage (Creuse) 

- Challenge de l’espérance mâle : Neruda au Gaec Bossoutrot Père et fils (Corrèze) 

- Prix d’honneur jeune femelle : Nébuleuse au Gaec Pimpin frères (Haute-Vienne) 

- Prix d’honneur femelle adulte : Jouvence à Philippe Deshoulieres (Haute-Vienne)

- Prix d’honneur mâle adulte : Lano au Gaec Camus Père et fils (Haute-Vienne)

- Meilleure reproductrice RRE, Jalna au Gaec Gilles et Franck Dumond (Corrèze) 

- Meilleure reproductrice RR, Idéale au GAEC Migot Denis et François(Corrèze) 

- Meilleur reproducteur qualifié à Lanaud : Loyal à Philippe Deshoulieres (Haute-Vienne) 

- Meilleur reproducteur qualifié sur descendance : Import au Gaec Lagrafeuil-Puech (Corrèze) 

- Meilleur mâle adulte Qualités Bouchères : Narko à Mathieu Chateil (Corrèze) 

- Meilleur jeune mâle Qualités Bouchères : Nuage au Gaec Moury(Corrèze) 

- Meilleure femelle adulte Qualités Bouchères : Jacarta à l’Earl Meyrignac (Corrèze) 

- Meilleure jeune femelle en Qualités Bouchères : Nostalgie à l’Earl Bros (Corrèze) 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande