Aller au contenu principal

La Limousine fera honneur à la Chine lors du Salon de l’Agriculture

La viande Limousine est en effet prochainement attendue sur le marché chinois.

L’an dernier Limousin Promotion avait fêté ses trente ans en multipliant les dégustations à l’intention du grand public, cette année cet ODG sera plus particulièrement attentives à ravir les papilles de la délégation chinoise.  © F. d'Alteroche
L’an dernier Limousin Promotion avait fêté ses trente ans en multipliant les dégustations à l’intention du grand public, cette année cet ODG sera plus particulièrement attentives à ravir les papilles de la délégation chinoise.
© F. d'Alteroche

Même si l’arrivée du coronavirus complique la situation, l’ouverture du marché chinois à la viande française suscite l’espoir de voir enfin une tension des prix à la production. Une délégation chinoise sera présente au Salon de l’Agriculture afin d’entériner l’accord conclu entre des importateurs chinois et Limousin Promotion, l’Organisme de Défense et de Gestion du label Rouge Blason Prestige. L’accord porte sur l’exportation vers ce pays de 1000 tonnes de bœuf et autant de porc. Le contrat ne concerne que des viandes labellisées. Pour l’instant, la signature n’a concerné qu’une « lettre d’intention ». Elle fait suite, entre autres, à la visite d’état d’Emmanuel Macron en Chine en novembre dernier.

Naisseur engraisseur en Haute-Vienne, Président du Groupement limousin bétail et viande mais également de Limousin Promotion, Jean-Pierre Bonnet s’était lui aussi rendu en Chine à l’automne dans le cadre d’un salon organisé à Shangaï. « Avec Jean-Marc Escure, directeur de Limousin Promotion, nous avions ensuite accompagné la délégation française pendant deux jours. La possibilité de faire déguster de la viande limousine mais également charolaise et salers au président Chinois Xi Jinping avait été très médiatisée. » souligne Jean-Pierre Bonnet. « Et là-bas, les faits et gestes du Président chinois sont largement repris et commentés. Le travail réalisé par Emmanuel Macron et ses collaborateurs pour mettre en avant l’agro-alimentaire français lors de ce voyage a été rondement mené. Un vrai travail de promotion comme on les aime ! » souligne le Président de Limousin Promotion. Et d’ajouter : « Ce qui nous intéresse ce sont les 300 millions de chinois dont le salaire équivaut à celui d’un cadre en Europe. Un pouvoir d’achat suffisant pour mettre régulièrement notre viande dans leurs assiettes. »

De la viande de génisses de moins de trente mois

Pour la viande Limousine, si les conclusions de la signature de la « lettre d’intention » se concrétisent, cela se traduira par la vente annuelle de 40 containers en Blason Prestige Limousin Junior. Compte tenu des exigences pour l’âge, les viandes concernées devront être issues de bovins de moins de 30 mois. Cela ne pourra donc être que du « Limousin Junior » et plus précisément des génisses. La précocité de la limousine et son aptitude à produire des femelles à la fois jeunes mais déjà grassouillettes est un atout. En Chine, la viande de qualité est issue de carcasses très finies provenant souvent d’Australie. Il est prévu que les génisses concernées soient transformées par l’outil Sicarev de Migennes. « On est sur un marché haut de gamme et on est parti sur des prix haut de gamme. Soit pour les éleveurs français des tarifs supérieurs d’un euro du kilo aux chiffres actuels. » souligne Jean-Pierre Bonnet. Si les volumes évoluent dans la bonne direction, l’ambition serait d’élargir ce débouché aux mâles. « La reconnaissance de l’excellence du boeuf de race Limousine par les autorités chinoises permettra d’obtenir un prix plus rémunérateur pour les éleveurs. Prix qui couvrira, au-delà des coûts de production, les frais liés aux contraintes de production du Label Rouge »ajoute Jean-Marc Escure, directeur de Limousin Promotion.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande