Aller au contenu principal

La ferme France, exemplaire dans la gestion de ses déchets

Malgré les difficultés rencontrées par la filière du recyclage et la crise sanitaire en lien avec la Covid-19, l’écosystème Adivalor est resté résilient et compte bien atteindre son objectif 100 % collectés, 100 % recyclés d’ici 2030.

La France est le seul pays au monde à disposer d’une organisation ayant atteint une performance élevée de collecte pour les principaux déchets de l’agrofourniture. Elle est championne d’Europe de la collecte et du recyclage des déchets agricoles.
© Adivalor

« En 2020, ce sont en effet près de 90 % des emballages et plastiques récupérés qui ont été recyclés (hors films de paillage). C’est une véritable performance des agriculteurs, d’autant plus notable quand on sait que l’agriculture atteint un taux de recyclage des emballages plastiques de 72 % alors que celui des emballages plastiques ménagers est de 25 % ! Aujourd’hui, nous continuons d’œuvrer pour que 100 % des plastiques puissent être recyclés d’ici 2030 », a souligné Pierre de Lépineau, directeur général d’Adivalor (Agriculteurs, Distributeurs, Industriels pour la Valorisation des déchets agricoles), lors d’un point presse organisé le 11 février. « La France est aujourd’hui le seul pays d’Europe à disposer d’une organisation aussi performante, dédiée à la gestion de la fin de vie de l’ensemble des déchets agricoles. Le savoir-faire de la France fait donc référence, tant au niveau européen que mondial », précise Christophe Grison, président d’Adivalor.

 

Toujours plus de produits recyclés

RBV290_ADIVALOR2

 Chaque année, la filière Adivalor étend son champ d’action pour toujours recycler davantage. « On recycle presque tous les plastiques utilisés en agriculture (big bags, films plastiques, ficelles et filets de balles rondes, équipements de protection individuelle…) Aussi les quantités collectées continuent de progresser avec 85 000 tonnes d’emballages et de plastiques agricoles usagés recueillies et valorisées en 2020, soit 5 000 de plus par rapport à 2019 et ce, malgré le contexte de crise sanitaire et les contraintes dues au confinement du printemps 2020 qui a nécessité une reprogrammation de certaines collectes à l’automne et donc, un stockage chez les agriculteurs », poursuit le directeur général.

 

RBV290_ADIVALOR3

 Adivalor a également fait preuve de résilience économique avec l’augmentation des éco-contributions mises en œuvre par ses actionnaires (produits phytopharmaceutiques, plastiques agricoles, engrais, semences…). Ceci a permis d’amortir la hausse des coûts liée à l’effondrement de la chaîne de valeur du recyclage, amorcée en 2019 et amplifiée en 2020 par la baisse des matières plastiques et la chute de la demande de secteurs d’activité fortement utilisateurs de matières plastiques recyclées.

 

Une filière proactive et ambitieuse

La prorogation de l’accord-cadre signée avec Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, le 15 janvier 2021, complète l’accord initial de juillet 2016.

Elle prend en compte les orientations voulues par la loi AGEC et prévoit :

  •  La mise en place d’ici à 2023 d’une éco-modulation pour soutenir l’amélioration de l’écoconception des emballages et produits plastiques utilisés en agriculture.
  •  Le soutien à la mise en place de 3 unités de recyclage sur le territoire français, concernant les films agricoles utilisés en maraîchage, les filets utilisés pour le conditionnement des fourrages et les grands récipients vracs (big-bags) utilisés pour le conditionnement des engrais et des semences.
  •  Des expérimentations de solutions de réemploi, de substitution en vue de la mise en place d’un indicateur de réemploi et de réutilisation.

« Cette feuille de route s’inscrit pleinement dans la stratégie 2020-2025, décidée par les actionnaires d’A.D.I.VALOR et qui vise à améliorer la performance et la circularité en visant le « 100 % collectés, 100 % recyclés » et à renforcer la résilience de l’écosystème d’un point de vue organisationnel, économique et institutionnel », confirme Pierre de Lépinau.

 

Collecter plus et consolider les filières de recyclage

« Stimuler la demande en matière plastique recyclée et son intégration dans de nouveaux produits est indispensable pour nous inscrire dans un schéma d’économie circulaire. Nous appuyons ainsi pleinement les initiatives de l’Etat en ce sens et appelons à leur accélération. Il faut donner de la valeur aux matières premières recyclées en leur garantissant des débouchés ! » explique Pierre de Lépinau, directeur général d’A.D.I.VALOR.

Pour Christophe Grison, « La filière agricole est proactive pour la collecte et le recyclage de ses déchets. La prorogation de l’accord-cadre confirme le bien-fondé d’une approche spécifique pour le secteur agricole qui responsabilise l’ensemble des acteurs de la filière. »

 

A.D.IVALOR, en bref

Adivalor a été créé en 2001 à l’initiative volontaire et collective de l’ensemble de la profession agricole. Il assure la collecte et le recyclage des déchets de l’agrofourniture : emballages vides, plastiques usagés, déchets dangereux.

Adivalor en 2020 :

  • 300 000 agriculteurs qui trient à la source, préparent et apportent chaque année leurs plastiques et emballages usagés

  • 1 200 opérateurs de collectes

  • 7 000 dépôts et sites de collectes en France

  • 350 metteurs en marché

  • 85 000 tonnes d’emballages et plastiques usagés collectés recyclés à près de 90 %

  • 21 types de déchets triés, collectés et valorisés

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande