Aller au contenu principal
Font Size

La Chine tire le marché international de la viande bovine

La Chine absorbe désormais presque un quart des volumes de viande bovine mis sur le marché international. La crise du coronavirus n'a pas du tout freiné les échanges sur les quatre premiers mois de 2020.

importations chinoises de viande bovine
Importations de viande bovine en Chine continentale sur les quatre premiers mois de l'année
© Institut de l'Elevage

La Chine est le premier importateur mondial de viande bovine. En 2019, elle a concentré 23 % des échanges internationaux de viande bovine dans le monde, avec plus de 2,5 millions de téc importées, soit une progression de 36 % par rapport à l’année précédente, a situé Jean-Marc Chaumet de l’Institut de l’Elevage lors d’un webinaire organisé le 10 juin 2020.

Et la crise du coronavirus n’a pas du tout freiné les importations de viande bovine. Sur les quatre premiers mois de 2020, ont été importées 850 000 téc de viande bovine en Chine continentale, soit 53 % de plus que sur cette même période en 2019. Brésil, Argentine et Australie qui dominent largement ce marché ont fortement progressé. Mais les fournisseurs « secondaires » aussi ont augmenté leurs envois sur le début de 2020.

En juin 2020, vingt-six pays sont autorisés à exporter de la viande bovine en Chine. Ils n’étaient que quatorze en 2018 . « La viande bovine russe a fait son arrivée sur le marché chinois en avril 2020. Les USA pourraient bien décoller sur l’année en cours avec 90 abattoirs agréés désormais contre 30 l’an dernier » informe Jean-Marc Chaumet.

La France pour sa part a expédié 640 tonnes sur les quatre premiers mois de 2020, avec toujours cinq abattoirs agréés pour l’instant. Sur l'année entière 2019, 450 téc avaient été expédiées (12500 téc pour l'Union européenne entière)

Le prix de la viande bovine est actuellement au plus haut en Chine, et l’écart de prix avec la viande porcine s’est fortement réduit en 2019. Le prix du porc a en effet bondi suite à l’épidémie de fièvre porcine africaine qui a réduit, selon l’IFIP, le cheptel chinois de truies d’environ 50 %.

Une dépendance croissante aux importations

 

Les imports représentent 30 % environ de l’offre de viande bovine en Chine, et la dépendance aux importations est sur une tendance croissante. "La Chine mise sur les importations pour ne pas subir d’inflation sur l’alimentation animale et aussi parce que cela stimule l’amélioration de la production locale des élevages chinois" analyse Jean-Marc Chaumet.

Pour 2020, la production chinoise de viande bovine est prévue stable ou en recul, et les flux illégaux d'importation également en recul. La consommation s’annonce en hausse, mais l’ampleur de cette hausse dépendra de l’écart de prix avec le porc et de la situation économique du pays. On peut d'autre part supposer que des stocks de viande bovine congelée d'importation ont peut-être été constitués durant le confinement.

 

 

Lire aussi :

Export de viande bovine : la Chine doit faire davantage que susciter des espoirs

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande