Aller au contenu principal

« J’ai rapidement pris en compte la dimension travail sur mon élevage charolais »

Philippe Bernigaud, en Saône-et-Loire, a organisé son exploitation de manière à la gérer seul et de façon vivable du point de vue du travail.

« Je me suis installé en Gaec avec mes parents en 1983. Je me suis tout de suite organisé au départ en retraite de mon père pour voir comment je pouvais mener l’exploitation seul et de manière vivable, côté temps de travail. Cela oblige à se poser des questions pour que le travail d’astreinte soit gérable. Je me suis par exemple très vite tourné vers la distribution du foin à volonté », se rappelle Philippe Bernigaud, à la tête d’un troupeau de 80 mères charolaises à Digoin, en Saône-et-Loire.

Il dispose cependant d'un tiers temps salarié. Sur le plan alimentation, l’éleveur a fait le choix de la ration sèche pour l’engraissement de ses animaux. De cette façon, il distribue l’alimentation seulement deux fois par semaine. « Je les ravitaille au nourrisseur. C’est peu preneur en temps et en termes de résultats, je ne rencontre pas de problèmes. » Les mères disposent aussi d’une ration sèche avec foin et paille.

Au pré, l’engraissement des vaches en juillet-août s’effectue au nourrisseur. Les génisses de 30 mois sont elles aussi engraissées en avril-mai avec un nourrisseur à volonté. « J’apporte un godet de 400 à 500 kilos tous les deux jours pour 20 à 24 vaches. » Cette tâche rentre dans le cadre de la surveillance normale des animaux. « Seul l’engraissement des babys me demande une petite adaptation. Ils sont engraissés à l’auge en stabulation. Je nourris le lot de jeunes bovins tous les deux à trois jours sans problème sur les performances (2 100 g de GMQ pour 400 à 450 kg carcasse à 13-14 mois). J’ai travaillé sur les croissances car je pars du principe que moins je les ai longtemps sur l’élevage, moins j’ai de travail », observe Philippe Bernigaud.

La génétique au service du travail

Les vêlages sont groupés sur trois mois, de septembre à novembre ce qui permet à l’éleveur de conduire son troupeau en lots. « Je n’ai qu’un lot de vaches à l’engrais, un lot de génisses grasses, un lot de babys… C’est beaucoup plus facile à gérer. » L’éleveur utilise aussi la génétique au service de son organisation du travail. « J’ai fait le choix du 100 % insémination animale, en axant ma sélection sur les vêlages faciles, le lait et la croissance. J’ai beaucoup moins de travail au moment des mises bas, mes vaches n’ayant pas besoin d’aide. C’est également beaucoup moins stressant et j’ai vraiment gagné en qualité de vie. De plus, mes vaches sont de bonnes laitières, je ne complémente ainsi aucun broutard qu’il soit mâle ou femelle. » Toutes les inséminations sont effectuées le matin pour être serein le reste de la journée.

Le travail d’astreinte demande une heure le matin. « Le reste peut être décalé et effectué quand cela m’arrange. Le week-end, je m’organise pour n’avoir qu’une heure de travail. »

Les cultures sont gérées en partie en Cuma. Seul le mois d’octobre représente une période plus compliquée pour l’exploitant qui doit mener vêlages et semis en même temps.

Un parcellaire concentré

La gestion en lots permet à Phillipe Bernigaud d’avoir peu de lots mais de taille conséquente, à piloter en pâturage tournant. « Tout au long de ma carrière, j’ai également prêté attention à louer des parcelles proches de l’exploitation. J’ai vraiment fait un effort pour ne pas m’écarter du siège. Aujourd’hui c’est payant car cela constitue un énorme gain de temps. » Une fois au champ, l’éleveur n’a qu’à ouvrir des barrières pour changer les animaux de parcelle.

Chiffres clés

160 ha dont 130 d’herbe et 30 de céréales (blé, orge d’hiver, triticale)

80 mères naisseur-engraisseur de vaches et génisses grasses, babys et vente de reproducteurs

1,3 UTH

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères 152 000 euros

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel a été mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Assurance prairies : l’indice Airbus doit encore convaincre

Les interrogations sur la fiabilité de l’indice satellitaire d’Airbus qui mesure la pousse de l’herbe freinent le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande