Aller au contenu principal

« Il faut ouvrir nos entreprises »

L’abattoir EVA, dans le Calvados, a ouvert ses portes au public le temps d’une matinée, à l’occasion des journées Made in Viande. Des rencontres organisées pour créer du lien et expliquer.

« Avec ces journées, nous voulons faire connaître notre activité. Nos métiers ont besoin d’être connus et reconnus », explique Émilie Lenôtre, responsable qualité d’EVA (Entreprise viande abattage) à Saint-Pierre-sur-Dives (14). La PME, créée en 1987 par Henri Demaegt, a commercialisé 17 000 tonnes de viande en 2015, soit 800 gros bovins et 150 veaux abattus par semaine, environ 1 % du tonnage national. Elle génère 191 emplois, dont 133 salariés, sur deux sites de production dans le Calvados.

« Il faut expliquer notre métier et montrer comment nous travaillons. Les personnes qui visitent notre entreprise sont souvent surpris. Ils connaissent le produit fini, la viande, mais ne savent pas comment il se prépare. Souvent, ils n’ont aucune idée des opérations de préparation et découpe. Ils sont ravis d’avoir appris beaucoup de choses », résume Émilie Lenôtre.

« Tout au long de l’année, nous recevons nos clients, bouchers et grossistes, ainsi que les élèves du lycée agricole voisin, explique Henri Demaegdt, président d’EVA. Nous avions participé aux journées Made in Viande il y a deux ans, et aux journées de l’industrie. Début juin, nous organisons une journée pour nos salariés et leurs familles au cours de laquelle nous accueillerons cent trente personnes. Nous avons l’habitude d’expliquer notre métier. »

Expliquer et faire connaître les métiers de la viande

Pour sa deuxième participation aux rencontres Made in Viande, EVA a ouvert à la visite l’atelier de production, la coupe des carcasses vers l’expédition, le désossage et le conditionnement des viandes bovines. « Nous n’avons pas de contact direct avec les consommateurs. Nos clients sont des industriels de troisième et quatrième transformations, des GMS, des grossistes et des bouchers indépendants. Nous les appelons tous deux fois par semaine, nous sommes en contact permanent. Même les bouchers sont curieux de voir le processus de transformation de la viande, de comparer les conformations et les états d’engraissement. C’est important d’ouvrir notre entreprise, tant à nos clients directs qu’aux consommateurs. »

L’objectif des journées Made in Viande est aussi de faire connaître les métiers de la viande et, pourquoi pas, susciter des vocations. Et devant la dextérité et la rapidité des hommes sur la ligne de désossage et de découpe, on ne peut qu’être admiratif. « Il y a un vrai savoir-faire technique, mais aussi des exigences de cadence, de respect des bonnes pratiques d’hygiène… C’est un secteur qui forme et qui embauche, il faut venir le découvrir », rappelle Émilie Lenôtre.

Pour rassurer les visiteurs, Émilie Lenôtre explique lors de la visite toutes les règles à respecter : traçabilité, règles sanitaires, de sécurité des personnes et de bien-être animal. « Ici, à Saint-Pierre-sur-Dives, il y a dix personnes de la DDPP (1), dont neuf préposés sanitaires et un vétérinaire. Le bien-être animal est travaillé depuis plusieurs années. Nous avons des responsables protection animale, et tous les salariés au contact avec les animaux sont formés spécifiquement. »

(1) Direction départementale de la protection des populations.

Huit cent quarante entreprises ouvertes

La deuxième édition des rencontres Made in Viande s’est déroulée du 21 au 25 mai dernier. Au total, 840 établissements ont ouvert gratuitement leurs portes au public, avec plus de 200 fermes et exploitations d’élevage, une vingtaine de marchés aux bestiaux et centres d’allotement, 70 abattoirs et entreprises de viande, près de 400 boucheries et triperies artisanales, plus de 100 boucheries en grandes et moyennes surfaces, et une trentaine de restaurants.

"Les gens ne sont pas obnubilés par les vidéos de L214. Le public qui a fait l’effort de venir à la rencontre des professionnels de la filière était curieux et bienveillant vis-à-vis de l’élevage", avance Yves Quilichini, directeur d’Interbev Normandie."Il y a beaucoup d’interrogations sur la traçabilité, les métiers, avec de nombreuses idées reçues sur l’alimentation des animaux, par exemple, rapporte Xavier Nicolle, d’Interbev Limousin. Il y a un réel intérêt des consommateurs pour connaître les métiers et les produits. Ces journées permettent de lever des incertitudes et de démystifier certains métiers."

Les premiers retours quantitatifs et qualitatifs sont plutôt positifs, même si les fréquentations ont varié en fonction de la date, des conditions climatiques, des lieux et de la communication faite en amont de l’événement. Il semble également plus difficile d’attirer le grand public dans les lieux qui ne sont pas en contact direct avec les consommateurs, qui sont pourtant les entreprises qui font le cœur des volumes : abattoirs, ateliers d’engraissement, centres de tri…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande