Aller au contenu principal
Font Size

Gasa a fait valoir ses nombreux atouts

Le concours national de la race Blonde d’Aquitaine est revenu pour la troisième fois de son histoire à Mayenne. La mixité a conquis les premières places du podium.

L’édition 2016 du carrefour interprofessionnel du monde agricole (Cima) de Mayenne a accueilli pour la troisième fois de son existence, après 1994 et 2002, le National Blonde d’Aquitaine. « Malgré une conjoncture difficile et la date inhabituelle de notre national, le concours a été bien suivi, avec 450 animaux amenés par 200 éleveurs de 35 départements différents », note Lionel Giraudeau, directeur de l’organisme de sélection de la race.

Cinq juges, Christophe Derouin (Loire-Atlantique), Jean Basta (Pyrénées-Atlantiques), Pascal Marquis (Lot-et-Garonne), Fabien Limal (Meuse) et Christian Fondin (Loire-Atlantique) ont officié durant ce national. « Nous avons eu à cœur de primer les animaux conformes aux qualités de la race et de montrer qu’il faut des animaux mixtes pour répondre à la demande du marché, c’est-à-dire avec un bon éclatement du bassin, de nombreux morceaux nobles et de la finesse d’os. Durant ce concours, Gasa, en copropriété à l’élevage de Patrick Sazy (Tarn-et-Garonne) et à l’EARL la Coquille (Tarn-et-Garonne) a surpris tout le monde. Elle a parfaitement représenté la mixité recherchée. »

Un concours européen prévu à Sedan en septembre 2017

Plusieurs délégations étrangères ont fait le déplacement pour le National, venant d’Irlande, d’Italie, d’Espagne, de Belgique, de Suisse et de Hollande. Les représentants de ce dernier pays ont d’ailleurs été très assidus et sont venus en masse. À noter que l’année prochaine, « on ne tiendra pas un National mais un concours européen. Aux côtés des animaux français pourront donc concourir des bêtes en provenance de Belgique, du Luxembourg, des Pays-Bas et d’Allemagne. Et si les problèmes sanitaires sont réglés, peut-être s’y ajouteront des animaux danois et suisses. Ainsi, sont attendus les 7, 8, 9 et 10 septembre 2017 à la foire annuelle de Sedan, dans les Ardennes, 300 à 350 Blondes françaises et 50 à 60 Blondes étrangères », souligne Lionel Giraudeau.

Durant le concours, neuf animaux ont été mis en vente par Blonde Génétique. Sept ont trouvé acquéreur à une moyenne de 7 000 euros, avec des prix allant de 2 900 à 19 000 euros. "Malgré le peu de clients, conséquence de la date du National et de la conjoncture, la moyenne reste correcte. " Trois animaux sont partis pour l'étranger, deux en Hollande et un en Belgique.

Toutes les photos sont disponibles sur le site de votre revue : bovins-viande.reussir.fr
EARL le Portail (Vendée)

Prix d’élevage

Gasa Prix de championnat femelle adulte, championne suprême et qualités bouchères

Patrick Sazy et EARL la Coquille (Tarn-et-Garonne)

Suite du palmarès

Championnat
- Prix mâle adulte : Huberto à Yvan Cleach et Michel Riou (Finistère)
- Prix mâle adulte réserve : Hordago à Dominique Rolland (Morbihan)
- Prix jeune mâle : Junior au Gaec Pierre (Calvados)
- Prix femelle adulte réserve : Heureuse au Gaec de la Sapinière (Morbihan)
- Prix jeune femelle : Jouvence au Gaec Plante Moulet (Tarn)
- Prix mâle espoir : Ivan à l’Earl Robin-Picard (Morbihan)
- Prix femelle espoir : Ivoine à Patrick Sazy (Tarn-et-Garonne)
- Prix femelle suitée : Holla à l’Earl Leroy (Mayenne)
- Prix femelle suitée réserve : Indiana à l’Earl Garat (Pyrénées-Atlantiques)
Prix d’ensemble au Gaec Menet (Loire-Atlantique)
Meilleure reproductrice : Elysée à Julian Bracot (Pyrénées-Atlantiques)
Prix de famille mâle : Huberto à Michel Riou/Cleach Yvan (Finistère)
Prix de famille femelle : Eglantine à Jean-paul Manse (Hautes-Pyrénées)
Prix de descendance mâle : Gaspard à Daniel Logiou (Côtes-d’Armor)
Prix de descendance femelle :Carmen à l’Earl le Portail (Vendée)
Champion qualités bouchères : Fabuleux à Agri Blondes (Côtes-d’Armor)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande