Aller au contenu principal

PAC et loi Egalim : FRSEA et JA d’Auvergne-Rhône-Alpes restent mobilisés

Les arbitrages budgétaires du ministère sur la déclinaison française de la Pac sont attendus d’ici quelques jours, à la mi-avril. La FRSEA et JA d’Auvergne-Rhône-Alpes les attendent de pied ferme, dans la ligne de la forte mobilisation de ces dernières semaines. Ils veulent aussi des garanties sur l'évolution de la loi Egalim.

charolaise auvergne
© E.Durand-archives

« Nous avons échangé avec le Ministre le 31 mars par visioconférence, et nous l’avons senti déterminé à faire avancer une modification de la loi Egalim » a annoncé Michel Joux, président de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes lors d’une conférence de presse le 12 avril 2021. Cet entretien faisait suite aux manifestations récentes à Lyon et Clermont-Ferrand.

La FRSEA et JA d’Auvergne-Rhône-Alpes attendent dans cette modification une référence absolue aux coûts de production dans la détermination des prix, la non-négociabilité des conditions générales de vente, et la création par l’Etat d’une autorité de régulation pour la mise en place et le contrôle du dispositif.

Julien Denormandie a expliqué son action sur ce point sur Public Sénat le 8 avril. Il fixe un objectif d’aboutissement avant le mois d’octobre, mois de lancement des négociations commerciales.

 

 

Les représentants des organisations syndicales remarquent qu’étant maintenant à quelques mois de la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron, l’énergie qu’il faut pour arriver à la concrétisation de cet objectif pourrait être trouvée.

Concernant le sort des aides couplées, les nouvelles sont un peu moins claires. « Le Ministre nous a dit que le scénario sera beaucoup moins catastrophique que redouté pour les élevages bovins viande » a juste informé Michel Joux. 

La FRSEA et JA d’Auvergne-Rhône-Alpes sont « sur le pied de guerre » alors que les négociations sont dans la dernière ligne droite pour le PSN (plan stratégique national). Ils veulent une répartition équilibrée des aides entre systèmes d'élevage qui ne mette pas en péril la vache allaitante. "Nous sommes à la croisée des chemins" a constaté Pierre Picard, président de JA Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Lire aussi : Confédération paysanne : non au projet de fusion des enveloppes des aides couplées lait et viande

Lire aussi : PAC : Pour la FNPL, des premières propositions qui vont dans le bon sens pour les éleveurs laitiers mais insuffisantes

Lire aussi : PAC : les céréaliers du Bassin parisien manifestent pour peser sur les négociations

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande