Aller au contenu principal
Font Size

Fort renouvellement et génisses lourdes améliorent l’EBE

Des simulations pour appréhender les dynamiques de renouvellement et la valorisation des génisses ont été réalisées dans le contexte viande bovine de l’Ouest de la France.

Le taux de renouvellement a un impact plus limité sur le résultat que l’allègement du poids de carcasse des femelles non destinées au renouvellement.
© C. Delisle

« Beaucoup d’éleveurs se posent la question du bon taux de renouvellement et de la valorisation des génisses restantes. C’est pourquoi, à partir d’une exploitation témoin (cas type naisseur-engraisseur), nous avons réalisé des simulations en portant le taux de renouvellement à 20 puis à 30 % et la valorisation des génisses en broutardes, à 18 ou à 36 mois », note Emmanuel Bechet de la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, lors de la journée technique bovins viande des Pays de la Loire, en février dernier.

Ce travail, réalisé en conjoncture 2016, montre que la rentabilité se dégrade selon deux axes, la diminution du taux de renouvellement et la baisse de l’âge à la vente des génisses. « Ces deux constats dépendent cependant directement des prix des animaux. Le taux de renouvellement a un impact plus limité sur le résultat que l’allégement du poids de carcasse des femelles non destinées au renouvellement. »

Un faible taux de renouvellement demande plus de vigilance pour limiter les vaches improductives et pénalise l’évolution du potentiel génétique du cheptel. Il dégrade l’IVV de 10 à 15 jours, augmente l’âge des réformes et diminue le poids moyen des carcasses de quelques kilos.

« La mise en place du rajeunissement des ventes de génisses ne constitue pas une difficulté. Mais les niveaux de prix inférieurs pour les génisses légères par rapport aux vaches pénalisent le résultat". Pour le maintenir, il faudrait une progression du prix des génisses finies à 18 mois de près de 1 euro par kg de carcasse. Globalement, il n’y a pas d’impact sur le bâtiment ou la charge de travail. Par contre, les modifications du renouvellement et de la valorisation des génisses entraînent une variation des besoins fourragers et des surfaces mobilisés.

Dans la modélisation, les performances technico-économiques des éleveurs sont définies en cohérence avec les systèmes étudiés. Cependant, dans la plupart des cas, les aspects techniques (amélioration des IVV, baisse de la mortalité…) constituent la première voie d’amélioration.

Pour en savoir plus : une fiche récapitulative « viande bovine de l’Ouest de la France : renouvellement élevé et génisses lourdes améliorent le revenu » est disponible sur le site de l’Institut de l’élevage, www.idele.fr.

L’exploitation témoin

Les simulations ont été effectuées à partir d’un cas type naisseur-engraisseur charolais. L’exploitation témoin se compose de 2,2 UMO, 150 hectares, 130 vêlages charolais pour 2/3 en août-septembre et 1/3 en février-mars. Le système fourrager est intensif. Tous les animaux sont finis à l’auge et les génisses au-delà du renouvellement sont abattues à 36 mois. L’intervalle vêlage-vêlage est de 379 jours et la mortalité au sevrage de 10 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande