Aller au contenu principal

Formation «La filière viande au Brésil : ordre et progrès ?»

Du 5 au 17 novembre 2019, l'Institut de l'Elevage propose avec Agrilys une formation qui se tiendra essentiellement au Brésil, avec des visites et des rencontres avec un panel d’acteurs de tous les maillons de la filière. Places limitées, date limite d'inscription le 31 juillet.

brésil zébus au pâturage
© F.Alteroche

L’Idèle propose, avec l'agence de voyages Agrilys, une formation qui vise à analyser les enjeux de la filière viande bovine brésilienne, ses forces et ses faiblesses.

Un agro-économiste d'Idèle, spécialiste de l’Amérique latine, accompagnera le groupe et animera les travaux de synthèse et réflexion collective qui rythmeront cette formation. Elle s'adresse aux acteurs de la filière viande bovine, responsables professionnels, chargés d'études... connaissant le secteur viande bovine. La présence d’un traducteur tout au long de la formation la rend accessible aux francophones.

Quelles exportations dans le contexte de négociation en cours des accords de libre-échange du Mercosur et du changement politique à la tête du pays ? Où en sont la traçabilité et les garanties sanitaires, quel est le rôle de la filière viande bovine dans la déforestation de l’Amazonie et dans l’esclavage pour dettes, que signifient les grandes manœuvres des industriels brésiliens avec par exemple Marfrig qui a pris le contrôle du géant américain National Beef Packers... la formation apportera des éléments de réponse sur tous ces aspects.

Des rencontres avec tous les acteurs qui comptent dans la filière viande bovine brésilienne, des visites d'élevages de tous types allant du bio au feed-lot et d'abattoirs sont au programme. Le circuit passe par la capitale fédérale Brasilia, l'état de Sau Paulo, une grande zone d'élevage, le Pantanal, immense zone humide, l'état du Para, front pionnier pour l'élevage qui fait partie de l'Amazonie, et Rio.

 

Programme
Module 1 : 27 septembre 2019 matin à Paris ou à distance en webconférence : présentation du contexte, tour de table et échange sur les attentes des participants

Module 2 : du 05 au 17 novembre 2019 au Brésil

Module 3 : 27 février 2020, à Paris : restitution

Le cout est de 4990 euros (net de TVA) dont 1400 euros de frais pédagogiques et 2300 euros de frais de transport, 610 euros pour l'hébergement et 680 euros pour la restauration.

contacts : Institut de l’Elevage celine.roy@idele.fr tél 01 40 04 51; Agrilys : 01 75 43 30 21

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande