Aller au contenu principal

Essayer de maintenir l’égrainage naturel pour conserver la qualité floristique des prairies

Dans le contexte de l’expérimentation conduite par le réseau Civam, l’égrainage naturel est une pratique assez aléatoire qui nécessite une combinaison de facteurs favorisants.

L’égrainage naturel a contribué, dans le contexte de l’étude, à accélérer la diminution du taux de légumineuses et n’a pas eu d’impact positif sur le vieillissement des prairies d’associations graminées-légumineuses.
L’égrainage naturel a contribué, dans le contexte de l’étude, à accélérer la diminution du taux de légumineuses et n’a pas eu d’impact positif sur le vieillissement des prairies d’associations graminées-légumineuses.
© Réseau Civam

Dans le cadre du projet Perpet (1), le réseau Civam a mené des expérimentations en fermes afin de tester l’effet de l’égrainage naturel sur l’évolution de la flore d’une prairie temporaire. « Notre objectif était de voir si en laissant grainer un grand nombre d’espèces, on arrivait à réensemencer la prairie, renouveler sa flore et améliorer sa pérennité, explique Romain Dieulot, coordinateur Systèmes pâturants et évaluation du réseau Civam. Dans le contexte de l’étude, on n’a pas obtenu les résultats escomptés ! ».

Des expérimentations en fermes

Cette expérimentation a engagé 26 exploitations de l’Ouest. Dans le protocole de l’étude, seules des prairies considérées comme satisfaisantes en termes de flore par les éleveurs, au début de l’expérimentation, ont été retenues. Dans ce cadre, elles devaient disposer d’au moins 10 % de légumineuses et de moins de 10 % de flore jugée indésirable. « On n’a rien imposé en termes d’âge de la prairie. »

Dans chaque parcelle sélectionnée, deux petits périmètres d’une surface minimum de 10 ares ont été isolés d’un troisième paddock, plus grand, témoin. La première année, les éleveurs ont mis en défens et ont laissé grainer une première zone du 15 avril au 15 août. « Cette longue période avait pour objectif de permettre à toutes les espèces présentes de grainer », souligne Romain Dieulot. Suite à l’égrainage, une fauche ou un pâturage a été réalisé. Cette zone a été ensuite conduite comme le paddock témoin. Ce protocole a été répété sur le second périmètre défini en début d’expérimentation. Pendant quatre années, un relevé floristique, une analyse de la matière azotée et un relevé des pratiques ont été effectués.

Un impact significatif de la flore

Dans le contexte de l’étude, « on a constaté un effet étouffement des légumineuses par les graminées. Les zones égrainées se sont caractérisées par un taux de graminées plus élevé et par un taux de légumineuses plus faible que le témoin. La diminution du nombre de légumineuses ne s’est toutefois pas traduite par une différence significative de la valeur MAT de l’herbe de printemps. Le taux de diverses n’a, lui, pas été impacté par l’égrainage. » La valeur pastorale a baissé au cours du temps en lien avec l’augmentation des diverses. L’égrainage n’a par ailleurs pas eu d’effet sur l’évolution de la densité du couvert.

 

Essayer de maintenir l’égrainage naturel pour conserver la qualité floristique des prairies

 

« Au vu de ces résultats, il serait intéressant de tester d’autres protocoles comme une mise en défens plus tardive ou sur des prairies très ouvertes. Il est également important de dire qu’il ne suffit pas de faire grainer pour que cela fonctionne. C’est une pratique qui reste aléatoire et nécessite une combinaison de facteurs », conclut le spécialiste.

(1) Le projet Perpet fait partie d’un projet plus global, nommé Sos Protein/4AgeProd, coordonné par Vegepolys valley et financé par l’Union européenne et les régions Bretagne et Pays de la Loire. Il a été animé et coordonné par le réseau Civam en collaboration avec l’Inrae et l’Institut de l’élevage.

Pour en savoir plus

Différents rendus sont disponibles sur les sites des partenaires du projet (vegepolys valley ; civam) à savoir 11 fiches Pourquoi/comment bien faire vieillir ses prairies temporaires, un quiz prairies avec 20 questions et 157 rendus de 4 pages de résultats fermes.

 

Pour aller plus loin

Prairies dégradées : du diagnostic à la rénovation

« Du sursemis direct dans les prairies pour parer aux dégâts des sangliers »

Dix causes possibles de dégradation d’une prairie

« Je renouvelle 15 à 20 % de mes prairies annuellement »

Une prairie temporaire détruite sans labour ni chimie

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande