Aller au contenu principal

Viandes en circuits courts : en vente directe, gérer les hausses de prix vis-à-vis de ses clients

L’inflation chahute les producteurs en circuit court, qui semblent peiner davantage à répercuter les hausses de coût sur leurs prix de vente. Un état de fait qui n’entame pas la détermination de Maxime Toublant, Émeline et Matthias Jaffre, éleveurs en Loire-Atlantique. Le modèle économique de leurs exploitations s’organise autour de la vente directe.

Panneau marché à la ferme signalétique, signalisation, en charente
vente en direct, circuit court, vente au caveau,
« La progression du prix en circuit long donne l’impression que les marges en circuit court sont rognées », observe Vincent Lambrecht, chargé de mission viande bovine à la chambre d'agriculture des Pays de la Loire.
© C. de Nadaillac

« Depuis deux ans, avec la hausse des cours de la viande, l’activité de vente directe peut paraître moins intéressante. En effet, il semble difficile de reporter l’augmentation des prix tout en maintenant la marge de l’activité de commercialisation », constate Vincent Lambrecht, chargé de mission viande bovine à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire.

 

 
Maxime Toublant a organisé l'équilibre économique de son élevage sur la maîtrise des charges et vend à une clientèle d'habitués.
Maxime Toublant a organisé l'équilibre économique de son élevage sur la maîtrise des charges et vend à une clientèle d'habitués. © M.Toublant

Maxime Toublant, installé en 2019 à Riaillé en Loire-Atlantique, fait partie des irréductibles. Il a pensé l’équilibre économique de sa ferme sur 85 hectares de prairies permanentes partagées entre un troupeau de brebis rouges de l’Ouest et un troupeau de vaches Angus. Il travaille seul. « Pour maîtriser les charges, je maximise le pâturage avec des races rustiques. J’ai un coût de ration alimentaire qui est bas, les bêtes valorisent bien l’herbe et elles se maintiennent en état très facilement. » L’hiver, Maxime Toublant ne distribue pas d’aliment acheté ni de céréales. « Même s’il y a eu, effectivement, des augmentations de charges tous azimuts sur la ferme et en lien avec le travail à façon, de l’ordre de 10 %, nous trouvons toujours un intérêt à notre travail. »

 

 
Émeline et Matthias Jaffre sont les seuls à proposer de l'aubrac sur un secteur littoral dynamique. La race est un choix stratégique pour se démarquer.
Émeline et Matthias Jaffre sont les seuls à proposer de l'aubrac sur un secteur littoral dynamique. La race est un choix stratégique pour se démarquer. © DR

À La Turballe, sur la presqu’île guérandaise, Émeline et Matthias Jaffre s’inscrivent dans la même logique. Ils conduisent 50 à 60 mères de race aubrac depuis cinq ans, sur un peu moins de 90 hectares, en plein air intégral. « Notre atout, c’est d’avoir un système basé sur l’herbe et tout à l’économie. » Ils font partir des animaux tous les quinze jours, alternant viande de bœuf et de veau.

Approcher son prix de revient

Mais ils ont parfois des réticences à augmenter leurs prix de vente. « Nous les avons rehaussés quand nous avons décroché la certification bio », explique Matthias Jaffre. Ce réajustement survenait juste après la crise du Covid-19. Le couple a expliqué à sa clientèle qu’il fallait qu’ils s’y retrouvent face à l’augmentation générale des charges.

« Ces trois années nous ont permis de mieux approcher notre prix de revient, qui est extrêmement compliqué à calculer », reprennent les éleveurs. Dans les prochaines années, ils envisagent d’ajuster à nouveau leurs prix de vente en fonction de l’évolution des charges. « Nous serons notamment attentifs aux tarifs de notre découpeur/transformateur et au coût de l’électricité, nécessaire au fonctionnement de notre chambre froide. »

Pour commercialiser ses Angus et ses agneaux rouges de l’Ouest, Maxime Toublant a quant à lui renchéri le coût au moment où il a repris l’exploitation. « Accroître ses tarifs pour arriver à un prix rémunérateur, quand nos prédécesseurs sont partis de bas, est plus compliqué qu’il n’y paraît. Le plus sensible, c’est de réussir à faire augmenter le prix final au consommateur. C’est peut-être une mentalité d’agriculteur mais nous pensons toujours que nous sommes trop chers. Nous avons tendance à hésiter, dès qu’il s’agit de relever de 50 centimes. Nous craignons de perdre des clients, car la démarche pour créer trouver la clientèle et la fidéliser est hyperchronophage. »

Capitaliser sur ses atouts

Maxime travaille avec des habitués. Il ne vend pour l’instant que cinq vaches par an, et équilibre son système par la commercialisation d’une dizaine de brebis et d’une quarantaine d’agneaux. Ingénieur agronome, Maxime s’est installé après avoir travaillé dans diverses structures et a préparé un CAP boucher juste avant de reprendre la ferme. « Au début, j’avais l’idée de découper moi-même mais le montage d’un labo représenterait beaucoup trop d’investissements et de temps. Je fonctionne donc avec deux prestataires de découpe, un pour les bovins et un pour les ovins. » Problème : les ateliers sont surchargés et les délais s’allongent. « À certaines périodes, je dois réserver mon tour deux mois à l’avance pour des agneaux ! Ce qui pose des difficultés comme celle de savoir si les animaux seront bien prêts à être abattus », soulève-t-il.

À la ferme de La Côte d’amour, c’est Émeline Jaffre qui gère la vente directe. « Nous avons fait le choix de proposer notre viande en colis de 6 kg ainsi que de plus en plus au détail car nous sommes présents sur les marchés. Prochainement, un point de vente à la ferme verra le jour. Nous avons également des contrats avec des cantines scolaires, des Amap, des épiceries, des restaurants et des traiteurs. »

Pour convaincre le client, la discussion reste la solution la plus gratifiante. Émeline Jaffre confirme : « Il faut être capable d’expliquer de quelle façon nous nous démarquons. Souvent, en justifiant nos choix, le client accepte d’acheter un tout petit peu plus cher. » Les éleveurs apprécient par ailleurs les retours sur la qualité de la viande, l’intérêt pour leur race ou leur mode de production. « C’est une partie agréable de la vente directe. Il faut savoir parler du produit au-delà de le vendre, discuter avec les gens », renchérit Maxime Toublant.

Lire aussi | Vente directe : un outil pour aider les éleveurs à trouver le juste prix

Avis d'expert : Vincent Lambrecht, chargé de mission viande bovine à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire

« Le choix du circuit court s’inscrit dans une stratégie »

 

 
Vincent Lambrecht, chargé de mission viande bovine à la chambre d'agriculture des Pays de la Loire
Vincent Lambrecht, chargé de mission viande bovine à la chambre d'agriculture des Pays de la Loire © DR

« Beaucoup d’éleveurs en circuit court font preuve d’agilité pour s’adapter au contexte qui change. On observe la plupart du temps des hausses a minima qui couvrent uniquement les augmentations de charges liées à l’abattage découpe, mais les hausses des coûts de production et surtout du travail (+14,7 % en 4 ans) doivent aussi être répercutées. On peut distinguer deux niveaux de vente directe. D’une part, ceux qui commercialisent au moins vingt-cinq bêtes par an, pour qui la vente en circuit court répond à d’autres valeurs et à une autre conception du métier. La vente directe est stratégique, et s’apparente à un deuxième atelier qui découle de l’élevage, et donc la hausse des charges ne remet pas forcément en cause cette orientation. D’autre part, les éleveurs qui commercialisent en vente directe des petits volumes, de deux à cinq bêtes par an. Dans ce second cas de figure, l’opération perd de son intérêt par rapport au travail que nécessite la commercialisation et c’est la capacité à se nourrir des retours sur leur travail qui justifiera son maintien. »

Le saviez-vous

« La dernière estimation que nous avons sur la part d’animaux commercialisée en vente directe en France date de 2022, renseigne Caroline Monniot, économiste à l’Institut de l’élevage (Idele). La proportion s’établissait à 5 % pour la viande de bœuf (hors veau). »

Les plus lus

élevage de vaches de race aubrac en Lozère
« Avec nos 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement, nous dégageons 50 000 euros de revenu disponible pour deux associés »

En Lozère, David et Ludovic Cayrel élèvent 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement chaque année. La valorisation de…

éleveurs bovins viande bâtiment charolaise
« Nous faisons naître 360 veaux dans l’hiver sous un même bâtiment »

Le Gaec Gauthé, dans la Nièvre, a choisi il y a une vingtaine d’années de faire vêler dans un grand bâtiment les vaches…

Jean-Michel, Michelle et leur fils Damien : « Le bâtiment, peu profond, permet de voir tout le troupeau en un coup d'œil. »
Bâtiment d’élevage : « Nous avons changé plusieurs fois d’avis avant d’aboutir à un projet façonné selon nos besoins »

Jean-Michel, Michelle et Damien Martin, situés dans la Creuse, ont lancé leur projet de bâtiment en 2019. Entre l’idée de…

Les marchés de bétail vif font face à la décapitalisation

En 2023, les marchés de bétail vif ont enregistré une baisse d’activité de 8,8 %, en lien notamment avec la décapitalisation.…

Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises situé à Ceyrat dans le Puy-de-Dôme
Astuce d'éleveur : des piquets fixés par du sable dans des manchons de PVC

Situé en zone pavillonnaire, Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises, a dû tenir compte des contraintes…

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères 152 000 euros

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel a été mis en vente…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande