Aller au contenu principal

Eleveur en zone de marais : « apprendre à composer avec un milieu exigeant »

L’exploitation de François Mosset, en bord de Loire, fonctionne aujourd’hui sur un équilibre entre zones de marais et zones hors marais.

François Mosset. « Je vis dans un milieu agréable. Même s’il est exigeant, j’ai plaisir à travailler dans le marais. » © C. Delisle
François Mosset. « Je vis dans un milieu agréable. Même s’il est exigeant, j’ai plaisir à travailler dans le marais. »
© C. Delisle

François Mosset, à Couëron en Loire-Atlantique élève 90 mères de race Charolaise et Blonde d’Aquitaine, sur une exploitation biologique herbagère située sur l’estuaire nord de la Loire. Sur les 160 hectares que compte l’exploitation, seuls 30 sont hors du marais. « On cultive à la fois des prés de vallées et de marais (terres les plus basses), des prés d’îles (bords de Loire, un peu surélevés et hors d’eau après mars) et des terres hautes en couronne périurbaine. Ces dernières permettent l’hivernage d’une partie du troupeau, conduit pour partie en plein air. J’ai des parcelles très diversifiées, des terrains très hétérogènes, accessibles en tracteur ou seulement à pied. Ceci implique une gestion plus contraignante de l’exploitation. Mais c’est aussi un atout car même si je n’ai pas de cultures, j’ai suffisamment de litière ! » Quelques surfaces avec du phalaris (graminée dont les caractéristiques sont proches des roseaux) sont fauchées pour en faire une litière de bonne qualité. Les repousses peuvent être enrubannées ou consommées sur pied. Selon leur accessibilité, les parcelles sont soit uniquement pâturées, soit fauchées et pâturées.

Le pâturage sur zones humides couvre 75 % des besoins du troupeau

« Il est essentiel de maximiser le pâturage sur mon système. » Pour cela il démarre sur les zones humides fin mars début avril, après les grandes marées, pour les vaches suitées de veaux d’au moins 15 jours trois semaines. « Avec le temps, j’ai appris à accepter le fait de perdre un ou deux veaux par an. » Le reste du troupeau descend dans les marais en avril. L’hivernage dépend des grosses marées de fin d’année mais, généralement, il débute en novembre décembre. « A cette période, il faut être vigilant à la remontée des alluvions qui, en quantité correcte, permet la fertilisation des marais mais en trop grande quantité rend les parcelles non pâturables. À leur retour des marais, par groupe de 20-30 bêtes, un passage dans le bâtiment permet de réaliser prophylaxie, traitements, sevrage et mise en lots pour l’hivernage, pour des vêlages de février à avril. »

L’entretien des zones humides est assez chronophage, entre le broyage après pâturage des espèces invasives (jussie, carex), la gestion des clôtures fréquemment endommagées par les crues, la vérification et la réparation si besoin des ponts permettant l’accès aux parcelles. La surveillance est également essentielle (abreuvement des animaux, problème possible en août, animaux qui tombent à l’eau…).

 

Lire aussi : Des repères pour les exploitations de marais

'VIDEO' Les Charolaises favorisent la biodiversité du marais

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
Les ateliers d'engraissement de jeunes bovins italiens poursuivent leur restructuration et ont un faible pour les génisses
Souvent de grande dimension, les ateliers d’engraissement italien poursuivent leur restructuration. L’autre évolution majeure de…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande