Aller au contenu principal

Dix causes possibles de dégradation d’une prairie

Pour conserver longtemps une prairie de qualité, on peut commencer par éliminer les causes de dégradation.

© S.Bourgeois

Pour Bruno Osson, Semae (Gnis), l’élimination des causes de dégradations représente la première piste de progression. Si pour une partie d’entre elles, seul un changement de pratiques permet d’améliorer ou de maintenir la qualité et la productivité des parcelles herbagères, pour les autres, l’éleveur ne pourra rien changer.

1 Ne pas exploiter l’herbe trop ras

Raser trop court, surtout en période estivale, pénalise l’avenir de la plante et facilite l’implantation d’adventices indésirables. « Cinq centimètres au pâturage et sept centimètres en fauche sont les hauteurs minimums à laisser après exploitation », conseille Bruno Osson.

2 Le sous-pâturage

Dès que l’herbe fait 15 cm, le pied de la plante ne reçoit plus de lumière et la plante ne talle plus. Avant l’hiver, il vaut mieux viser 5 cm de hauteur d’herbe. Au printemps, on peut faire pâturer au fil, réduire la taille des herbages ou encore faire du topping (faucher et mettre les animaux ensuite).

3 Le piétinement en mauvaises conditions

La circulation systémique de la plante s’arrête avec le piétinement et entraîne la mort de cette dernière (https://www.gnis-pedagogie.org/uploads/gnis-pedagogie-d1490-guide-entretien-mecanique-prairies-afpf-2020.pdf).

4 Une fertilisation mal raisonnée ou mal répartie

Les déjections animales restituent presque 100 % des besoins en phosphore et en potasse aux plantes mais attention à favoriser la répartition de ces dernières sur l’ensemble de la parcelle. « Le pH représente un facteur également très important. Il peut parfois être utile de lever le pied sur l’azote, et avec le même budget, faire un apport de chaux », souligne Bruno Osson.

5 L’absence de déprimage

Cette exploitation précoce à la sortie de l’hiver (somme des températures à 200 °C – outil date N’Prairie d’Arvalis), permet de nettoyer la prairie et de lui offrir les meilleures conditions de démarrage possible.

6 La sénescence simultanée

Elle concerne plus les prairies temporaires.

7 Une mauvaise activité biologique du sol (vers de terre, bactéries, champignons)

La biologie des bactéries, champignons et vers de terre peut être altérée par un engorgement en eau et une asphyxie, par une accumulation de mulch, par un pH trop bas, par un tassement excessif, par trop d’ombre. Par ailleurs, la circulation de l’eau est souvent gênée par des bourrelets de curage. On peut alors réaliser des rigoles de 20 cm à l’aide d’une machine.

8 Une flore mal adaptée aux objectifs

Si les espèces et variétés choisies ne sont pas adaptées aux conditions pédoclimatiques, aux méthodes d’exploitation, elles seront rapidement remplacées par des espèces de moindre intérêt.

9 Les accidents d’ordre climatique…

On peut citer le gel, la sécheresse, les inondations exceptionnelles, ou les accidents liés à des dégâts d’animaux (campagnols, sangliers, taupes…)

10 Des négligences

Certaines pratiques sont défavorables à la pérennité des prairies : rouler sur de l’herbe gelée, épandre du fumier mal émietté, laisser des balles de fourrages trop longtemps au champ.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Preview image for the video "Sommet de l'élevage 2022 - Concours National CHAROLAIS - 07/10/2022".
Sommet de l’élevage 2022 - retrouvez le concours charolais en replay
Race à l’honneur de cette nouvelle édition du Sommet de l’élevage 2022, la race Charolaise est sous les projecteurs cette année.…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande