Aller au contenu principal

Des pneumopathies à l'herbe

L'un après l'autre, les veaux se contaminent, au gré des jeux, et en meurent.
© J.-M. Nicol

En avril, ne te découvre pas d’un fil. Mais en juin ? Hé bien, en juin, les mères et leurs veaux sont dehors et les problèmes sanitaires sont généralement terminés. Il y en a vingt-quatre dans ce lot sorti à l’herbe depuis cinq semaines, âgés de 3 à 5 mois. En voilà un à la traine, pas bien et, semble-t-il, essoufflé. Avec ce mois de juin venteux-pluvieux et ses matins frais, il aura tout simplement attrapé un coup de froid… Une fois le traitement du protocole de soins administré, il n’y a plus qu’à attendre la guérison. Mais le lendemain le veau est mort. Cinq jours plus tard, un autre veau présente les mêmes symptômes et meurt le lendemain malgré le traitement antibiotique et anti-inflammatoire. Il est rapidement autopsié. Le cortège de lésions pulmonaires ne laisse aucun doute sur l’origine de la pneumonie : l’origine est virale, avec beaucoup d’arguments en faveur du virus RS qui ne s’y prendrait pas autrement pour tuer. Voilà que ça se complique car aucun des veaux n’est vacciné contre ce virus et les deux malades repérés en sont morts.

Et voilà que ça continue

Ce n’est évidemment pas l’antibiotique qui va venir à bout du virus, probablement dispersé par quelque primipare stressée, virus qui se propage maintenant par contact des veaux les uns avec les autres à l’occasion des rencontres et des jeux. Les deux jours suivants ajoutent chacun un mort de plus au compteur. Nous voilà à quatre, tous issus de primipares, et une nouvelle autopsie confirme la première observation. Quand cela va-t-il s’arrêter ? D’un côté, on pourrait rentrer tout le monde pour vacciner au plus vite les jeunes par voie nasale, mais en les rentrant on va très probablement assurer du même coup leur contamination en les rapprochant les uns des autres dans le couloir de contention et en les manipulant. D’un autre côté, il faut bien constater que l’épidémie s’est quand même propagée au pâturage… C’est un dilemme. Parvenu à ce stade, l’éleveur a préféré ne pas manipuler ses veaux et le compteur s’est arrêté là.

Une pneumonie virale, probablement due au virus RS
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande