Aller au contenu principal
Font Size

Des niveaux génétiques proches entre bio et conventionnels

Entre 2010 et 2015, le nombre d'élevages bovins allaitants a augmenté de 24 %. Toutefois, de nombreuses questions restent en suspens, notamment sur la conduite génétique de ces élevages. Un projet de recherche, nommé GenAB, s’est penché sur le sujet.

Les performances de production en bio sont inférieures. En viande, on constate un écart de 20 kilos en moins au sevrage, conséquence notamment des conditions de milieu (alimentation plus autonome et économe), alors que les potentiels génétiques sont très proches pour ces caractères.
© S. Bourgeois

L’idée du projet GenAB consistait à faire le lien entre deux groupes de données existantes, d’un côté, le fichier de l’Agence bio qui dispose, pour l’ensemble des élevages bovins en agriculture biologique, du nombre de têtes déclarées, des surfaces et types de production et de l’autre la base Snig (système national d’information génétique) de l’ensemble du cheptel national. Au sein de la seconde base de données, les animaux bio ont été identifiés. Plus de la moitié des élevages allaitants bio se situent dans l’Ouest et le Massif central. La première région étant les Pays de la Loire avec quelques 400 cheptels (soit 14 % des troupeaux bio français). Parmi les 2 931 élevages allaitants bio, 411 sont mixtes (lait + viande) et 42 % ont au moins un deuxième atelier.

Des choix de races semblables au conventionnel

En bovins viande, « nous n’avons jamais effectué, au niveau génétique, de comparaisons entre système bio et conventionnel. Les choix de races en bio sont semblables au conventionnel avec toutefois, une plus forte représentation des races Limousine, Salers et Aubrac et une moindre représentation des Charolaises et Blondes d’Aquitaine. Par ailleurs, si les poids de naissance sont similaires pour les deux conduites, à 210 jours, ils sont inférieurs en bio, de 17 à 23 kilos, selon les races. Seule, la Salers fait exception. Pour elle aucune différence de performances de croissance n'a pu être mise en évidence entre les conduites d'élevage », souligne Jean Guerrier de l’Institut de l’élevage, avant de poursuivre « toutefois, en bio, la conduite de l’élevage influence les performances de croissance. Ainsi, l’effet troupeau est négatif dans les élevages en AB, où en moyenne, la conduite et l’alimentation limitent les performances des veaux. Cet effet est moindre dans les élevages salers où la conduite est majoritairement similaire dans les deux cas. Les résultats sont tout de même à confirmer, les effectifs salers conduits en bio sont relativement limités. »

Traduits sous forme d’index, les niveaux génétiques des troupeaux bio et conventionnels sont dans l’ensemble identiques, à l’exception des troupeaux charolais bio pour lesquels les niveaux d'indexation sont globalement supérieurs. Cette étude a également montré une moindre implication des éleveurs AB dans le conseil et la génétique par rapport aux conventionnels.

Encore moins d’utilisation d’IA en bio

Autre constat : le taux d’utilisation de l’insémination est encore plus faible dans les élevages bio et ce, surtout en Blonde d’Aquitaine. D’autre part, contrairement aux troupeaux laitiers bio, la pratique du croisement est moins répandue pour les troupeaux bio de races rustiques. Elle l’est davantage pour les cheptel Salers ou Aubrac conduits en conventionnels. « En vente directe, les clients affichent clairement leur préférence pour de la viande issue de cheptels conduits en race pure (meilleure image). Cela peut expliquer ce choix tout comme le fait que les broutards croisés ne soient pas valorisés dans le circuit bio. Les facilités de vêlage, critère de sélection important pour les éleveurs bio auquel ils font davantage attention que les conventionnels, sont par ailleurs légèrement meilleures en AB. Les intervalles vêlages-vêlages sont, quant à eux, très semblables entre les deux groupes."

GenAB : caractérisation des élevages en AB

Le projet de recherche et de développement multi-partenarial GenAB est piloté par l’Institut de l’élevage (2015-2017) et financé par FGE (France Génétique Elevage). Son objectif est de favoriser la caractérisation des cheptels conduits en agriculture biologique et suivis dans les dispositifs génétiques ruminants, d’étudier les pratiques en bovins à partir des données enregistrées dans les systèmes d’informations génétiques, d’identifier les différences significatives avec l’agriculture conventionnelle et d’analyser les évolutions en effectifs et pratiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande