Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Chez Richard Greene en Irlande
Des mâles pour l'Angleterre et l'Irlande

Richard Greene engraisse des boeufs de 30 mois de différentes races même si sa préférence se porte sur les continentales, telles que la Limousine ou la Charolaise.

Richard Greene avec ses animaux de 18 mois. "Nous avons toujours fait de l'engraissement."
Richard Greene avec ses animaux de 18 mois. "Nous avons toujours fait de l'engraissement."
© C. Delisle

«J’ai repris l’exploitation familiale qui pratiquait déjà l’engraissement de bovins viande.Aujourd’hui, elle se compose de 200 hectares dont 140 en céréales et 60 en herbe et d’un atelier d’engraissement qui totalise 200 têtes par an », commence Richard Greene. L’éleveur n’a pas fait le choix d’une race particulière. Il élève indifféremment des Limousines, des Charolaises, des Simmentales, des Frisonnes,… croisées ou non. Mais, actuellement, il privilégie les races continentales Limousines et Charolaises pour leur finition rapide et leur conformation. ACHAT DE BROUTARDS Richard Greene achète des broutards de septembre à novembre avant la rentrée en bâtiments, « car ils sont moins chers qu’en mars. Pour l’acquisition de mes animaux, je parcours trois marchés au cadran différents, les plus proches de l’exploitation. J’en limite le nombre, les autres étant trop éloignés, je ne veux pas faire de longs voyages avec les bêtes. Ils sont tous écornés et castrés. J’achète les animaux suffisamment gros pour ne pas avoir de problèmes de santé. Je les traite contre les poux à leur arrivée et les vermifuge », précise l’exploitant. Cette année, le prix d’achat des broutards s’est élevé à 1,70 €/kilo pour des animaux d’environ 500 kg. A partir de mi-octobre, l’herbe commence à manquer. Les bêtes rentrent début novembre pour ne ressortir que fin mars, début avril. « Elles sont alors dans des box sur paille que je produis moi-même, ce qui ne représente donc pas un facteur limitant. Je n’hésite pas à la mettre en quantité suffisante pour avoir des bêtes propres et calmes », ajoute-t-il. Durant la période hivernale, l’alimentation des mâles est constituée d’ensilage d’herbe à volonté et d’un mélange de céréales (pois, orge, tourteau de colza et avoine) à hauteur de 4 kilos par tête. Ce mélange coûte en moyenne 140 €la tonne, exception faite de cette année, où le prix d’achat était de 190 € la tonne (miseptembre 2010).


VENTE EN DIRECT À L’ABATTOIR


« Une fois les mâles sortis, ils sont uniquement à l’herbe. Les prairies irlandaises sont très riches. Je travaille en pâturage tournant selon la pousse. Je fonctionne en partie, en prairies permanentes sur toutes les parcelles humides de l’exploitation et l’autre partie en prairies temporaires de trois ans. Ceci me permet d’avoir une bonne tête de rotation pour mes cultures. Je les fertilise avec du fumier, obtenant de cette manière de bons rendements. Un mois avant le départ à l’abattoir, en novembre, je leur donne du concentré », explique Richard Greene. Tous les mâles produits sur l’exploitation sont vendus au même endroit : l’abattoir de Slaney Meats, situé dans le sud-est de l’Irlande dans le comté de Wexford. Ils sont destinés notamment au marché anglais et irlandais. Lors de la dernière vente, l’éleveur a touché 1,70 €/kg pour Les animaux d’un poids moyen de 670 à 680 kilos.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Yves Lagorsse est parti d’une idée de son épouse pour imaginer et construire ce parc mobile associant râtelier et cornadis et destiné à bloquer des bovins et intervenir plus aisément sur des lots à l’herbe. Construit il y a une vingtaine d’années avec deux voisins à partir de matériaux de récupération, l’outil est toujours utilisé aujourd’hui. Avec 10,5 mètres de long, « il n’est pas aux normes actuelles pour aller sur la route ». Lorsqu’il ... © E. Durand
Un parc mobile pour intervenir en pâtures
Yves Lagorsse, éleveur en Corrèze (19), utilise un parc mobile depuis plus de vingt ans. Il est très pratique pour intervenir sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande