Aller au contenu principal

Des boucles en lecture-écriture testées pour la première fois

Un essai pratique a été conduit pour la première fois sur jeunes bovins afin d’évaluer l’utilisation de la technologie de lecture-écriture sur des boucles électroniques bovines.

« Nous avons testé pour la première fois, à titre exploratoire, la technologie de lecture-écriture, initialement développée pour les puces électroniques des animaux de compagnie et des équins, sur des boucles électroniques bovines », commence Sébastien Duroy, chef de projet à l’Institut de l’élevage. C’est dans un contexte particulier que ce travail a été conduit car l’usage des boucles électroniques destinées à l’identification des animaux en lecture seule répond aujourd’hui à l’essentiel des besoins. À savoir, consulter à distance les informations individuelles d’un animal à partir d’un numéro d’identification.

« Or, dans le cadre du projet WelhBeef, il était nécessaire de disposer d’informations individuelles, d’usage immédiat. En effet, à l’entrée en engraissement, avoir connaissance des vaccinations prodiguées à l’animal et de son régime alimentaire dans son élevage de naissance est primordial pour l’engraisseur, en vue d’une gestion raisonnée de la transition alimentaire, des traitements vétérinaires et de la vaccination. De plus, nous étions en train d’étudier sur la sortie d’une nouvelle normalisation des puces électroniques en lecture-écriture, souligne le chef de projet. Écrire dans la boucle d’identification représentait donc un support intéressant qu’il convenait d’essayer en conditions réelles. Le projet WehlBeef a ainsi constitué un cadre expérimental approprié pour tester la lecture-écriture des boucles électroniques pour la première fois sur des bovins », poursuit le chef de projet.

Un test sur le terrain

Cette technologie étant assez récente, l’expérimentation avait pour objectif de tester dans les conditions de terrain, la possibilité d’écrire malgré les mouvements d’un bovin et ce, en plusieurs étapes au gré des évènements sanitaires. Il était également indispensable de vérifier la faisabilité d’une modification des données, ainsi que la stabilité et la disponibilité de celles-ci dans le temps.

Ainsi, dans le cadre du projet WehlBeef, des données à caractère sanitaire (nom du vaccin, dates des première et deuxième injections, code pour le type de régime alimentaire) ont été inscrites dans les boucles avant la sortie de l’élevage, pour être valorisées à l’entrée en engraissement. Cette étude a porté sur 170 broutards issus de huit élevages naisseurs et destinés à quatre ateliers d’engraissement. Les boucles ont été posées et encodées chez les naisseurs, pendant la phase de préparation, et au centre de rassemblement dans le cas des animaux témoins qui ne disposaient pas d’une période de préparation chez les naisseurs.

Une partie des bêtes préparées a fait l’objet de deux écritures, une après chaque injection de vaccin. Pour les autres animaux, l’encodage a eu lieu en une seule étape (après la deuxième injection, ou au centre de rassemblement pour les témoins).

107 animaux ont pu faire l’objet d’une lecture de contrôle en fin de période d’engraissement. Une partie des boucles a également été récupérée après abattage pour un dernier contrôle au bureau.

Enseignements

L’écriture des données s’effectue à une distance de 15 centimètres environ entre le lecteur et la boucle. Il est donc essentiel de travailler sur des animaux bloqués, en cage de contention ou au cornadis. Sept secondes ont été nécessaires en moyenne pour inscrire les données. Lorsqu’un animal s’écarte du lecteur par un mouvement de tête, le processus d’écriture ralentit légèrement mais va toutefois à son terme si l’opérateur maintient le lecteur dans la distance fonctionnelle des 15 centimètres.

De petits problèmes, en lien avec la version de l’application, ont été relevés mais ils n’étaient pas à relier à un défaut au niveau de la puce ou de la communication avec le lecteur. « Certains sujets n’ont pas pu être traités, comme la quantité maximale de données à enregistrer dans la puce. Ce point devrait faire l’objet de tests complémentaires. La question de la sécurisation des données n’a également pas été abordée, l’intérêt principal étant de vérifier la faisabilité d’écrire sur des boucles électroniques en conditions d’élevage. Le matériel utilisé a répondu aux besoins du test en permettant l’enregistrement, la lecture et le cas échéant la modification des données. Dans le cas d’informations plus sensibles, les fabricants seront probablement amenés à proposer des solutions de sécurisation et/ou de signature numérique. »

Des données valorisables immédiatement

« Initialement créée pour le secteur vétérinaire (animaux de compagnie et équins), la technologie encore récente est donc également utilisable sur des animaux de rente. Ce test a montré que la boucle électronique constituait un support d’informations possible circulant avec l’animal et consultable tout au long de sa carrière par ses détenteurs successifs. Mais on est encore très en amont d’un outil quotidien. »

Ainsi, ce type de puces peut représenter un réel intérêt pour un accès à des informations individuelles, d’usage immédiat lorsque les bases de données n’existent pas ou que leur accès est limité et non accessible à l’ensemble des détenteurs d’un animal au cours de sa carrière.

Ce travail n’a pas pour vocation d’améliorer l’identification réglementaire. Il n’y a aucune attente sur ce point. Il subsiste encore beaucoup de limites car ce travail reste un essai exploratoire. « Pour le moment, aucune suite à cet essai n’est prévue. L’objectif est dans un premier temps de porter à la connaissance d’éventuels utilisateurs, l’existence d’une telle technologie et ses potentialités. Il n’existe pas de marché, nécessaire au développement d’une telle technologie, pour un développement industriel. L’identification électronique concerne aujourd’hui 95 % des éleveurs laitiers. En élevage bovins viande, il n’y a pas de déclencheur suffisant pour que les éleveurs investissent. Avec les puces en lecture-écriture, il est possible de certifier un certain nombre d’informations sanitaires valorisables sur le broutard, pour des clients italiens ou espagnols par exemple qui n’ont pas accès à des bases de données limitantes ou même au sein d’une micro-filière et ayant besoin d’une valorisation immédiate. Peut-être que cela pourra favoriser l’utilisation des boucles électroniques », note Sébastien Duroy.

Ce travail a été réalisé avec l’appui de la société Datamars, et grâce au financement du ministère de l’Agriculture qui voit un intérêt à renforcer l’expérimentation sur ces technologies.

Fonctionnement des boucles en lecture-écriture

L’écriture des données s’effectue au moyen d’un lecteur portable. Ce dernier est piloté en Bluetooth par une application smartphone. « La saisie, l’ajout, la consultation des données s’opèrent par ce biais. Le lecteur portable ne constitue qu’une passerelle entre le smartphone et la boucle », observe Sébastien Duroy de l’Institut de l’élevage.

La lecture-écriture requiert des matériels (boucles et lecteurs) conformes à la norme ISO 14223-3. Cette norme est compatible avec les matériels ISO en « lecture seule » utilisés aujourd’hui sur toutes les espèces animales.

WelhBeef

Le projet WelhBeef porte sur l’étude de la préparation des broutards avant leur départ de l’élevage naisseur vers l’atelier d’engraissement. Son objectif est de tester l’impact de cette période d’adaptation sur la santé et l’utilisation des antibiotiques en engraissement. Des lots témoins et des lots d’animaux préparés ont été constitués dans chaque élevage. Les animaux préparés ont été vaccinés contre les troubles respiratoires et ont suivi un régime de transition alimentaire.

Les résultats finaux de ce projet seront disponibles à l’automne.

Les plus lus

Charlie Peltier est installé depuis trois ans. Son système fourrager est basé sur un ensilage de méteil pour le volume et les prairies multiespèces pour la qualité.
En viande bovine, une installation bien pensée et bien vécue

Installé depuis trois ans en Loire-Atlantique, Charlie Peltier a choisi de conduire un système naisseur économe et autonome en…

Nicolas Viel élève 60 charolaises en bio en système naisseur sur 105 hectares de prairies. Il travaille seul mais peut compter sur le soutien de sa mère Catherine, qui ...
Installation en bovins viande : « J’ai dû adapter mon projet bâtiment au contexte économique »

Au moment de son installation en 2021, Nicolas Viel, éleveur de charolaises dans le Calvados, s’est lancé dans un projet de…

blonde d'Aquitaine salon de l'agriculture 2024
SIA 2024 : une blonde d'Aquitaine explose les scores des enchères à 28,40 euros le kilo de carcasse

Au Salon de l’Agriculture, l'association Blonde Pays d'Oc a organisé sa fameuse vente prestige ce lundi 26 février 2024. À la…

Vidéo : retrouvez le replay du concours de la race charolaise en direct au Salon de l'Agriculture 2024

Retrouvez ici le direct vidéo du grand ring du Salon International de l'Agriculture (Sia) 2024 à Paris et suivez en live le…

Photo de Minette et Rafael, champions du concours de la race Blonde d'Aquitaine, et de leurs éleveurs
SIA 2024 : retrouvez la vidéo et le palmarès du concours de la Blonde d'Aquitaine au Salon de l'Agriculture

Ce 29 février 2024, 40 animaux de race Blonde d'Aquitaine on défilé sur le grand ring du Salon de l'Agriculture à l'occasion…

SIA 2024 : retrouvez la vidéo et le palmarès du concours de la race salers au Salon de l'Agriculture

Ce mercredi 28 février 2024 s'est déroulé le concours de la race salers au Salon de l'Agriculture. Sur le ring principal, dix-…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande