Aller au contenu principal

Chez Pascal et Angélique Girard dans l’Orne
Des Blondes valorisées en circuit court chez un boucher

Dans la plaine d'Alençon, Angélique et Pascal Girard élèvent 100 Blondes d'Aquitaine. Le système fourrager est basé sur le maïs. Les vaches de réforme sont vendues en direct à un boucher à raison d'une bête par semaine sur 40 semaines par an.

Angélique et Pascal Girard sont installés à Trémont, dans l'Orne, dans un système équilibré entre 140 hectares de cultures et 100 vêlages. Partis d'un troupeau en croisement, ils ont choisi la Blonde qui leur a permis de travailler pour des marchés particuliers et qui est adaptée au bon potentiel agronomique de l'exploitation. Depuis six ans, les vaches de réforme sont vendues en circuit court. Actuellement, les éleveurs travaillent avec un boucher âgé de 38 ans, rencontré parmi leurs connaissances, qui est installé dans une petite commune de 600 habitants du département voisin. Les vaches sont abattues à 30 kilomètres de l’exploitation par la Selvi à Alençon. Les éleveurs se sont équipés d'une petite bétaillère pour y conduire leurs animaux. Ils ont vendu par ce circuit vingt vaches la première année, et depuis arrivent à livrer une vache par semaine hors période de fermeture de la boucherie, soit 40 vaches par an. « Pour planifier ceci, il faut avoir 100 vêlages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande