Aller au contenu principal

Des Blanc Bleu avec de la viande et du gabarit

Le concours national Blanc Bleu s’est tenu pour la seconde fois hors du berceau de race, à Évron en Mayenne, dans le cadre du festival de la viande où les culards ont suscité l’attention.

Quinze éleveurs de Blanc Bleu se sont réunis début septembre à Évron en Mayenne pour leur troisième concours national, où les 80 animaux provenaient de huit départements. « On organise un national tous les deux à trois ans. Notre objectif, en sortant du berceau de la race, est de montrer que l’on est capable de produire de la viande et que l’on est au même rang que les autres races allaitantes. Nous avons eu de très bons retours durant les trois jours », note Sébastien Désert, éleveur dans le Nord et nouveau président de l’OS Blanc Bleu, avant d’ajouter « aujourd’hui, l’organisme de sélection compte 80 adhérents pour 12 000 naissances par an. C’est la race la plus utilisée en croisement sur vaches laitières : + 19 % d’inséminations par an ! La Blanc Bleu est exigeante en temps et en soins mais elle résiste à la crise de consommation. Lorsqu’on est un éleveur performant, on peut tout à fait en vivre avec un prix carcasse qui oscille entre 5 et 8 € le kilo. »

L’OS continue son travail pour fédérer les éleveurs. Il développe son contrôle de croissance en fermes pour indexer son cheptel de base et isoler ses mères à taureaux. Il a également mis en place le pointage des animaux pour avoir un référentiel sur lequel s’appuyer et prépare son dispositif de qualification. « La race a beaucoup évolué génétiquement ces dix dernières années. On a aussi éliminé les sept tares décelées. Belle Bleu, notre label, est quant à lui en pleine reconstruction. »

Le bon compromis entre finesse et qualité des aplombs

Ce troisième concours a été arbitré par trois juges, deux Belges, Gery Vanysacker et Guy Perrin, et un Français, François Lefebvre. Les juges belges ont été agréablement surpris par le niveau du national français. Pour eux, « certaines têtes de série auraient eu leur place sur un concours belge comme la championne Jésabel des Turquoise. » Tout au long de la journée, les trois juges ont eu à cœur de mettre en avant le bon compromis en finesse et qualité des aplombs. Le Nord conserve son trophée du challenge par région, avec seulement une petite longueur d’avance, les autres régions d’élevage (Normandie, Bretagne, Pays de la Loire, Bourgogne) ayant également présenté des animaux de très bonne qualité. À noter, les deux prix remportés par Cyril Guitet, éleveur dans le Maine-et-Loire.

Les juges belges n’étant pas d’accord sur le choix du champion du concours, l’un penchant pour la petite génisse de Cyril Guitet et l’autre pour la vache de Sylvain Cauchy, le juge arbitre a dû départager ces deux bêtes très complètes. Il a ainsi opté pour la seconde pour sa viande et son gabarit.

En marge du national, un concours de boucherie a été organisé. Les 14 bêtes mises en vente (4 bœufs et 10 vaches) ont toutes trouvé acquéreurs à des prix oscillant entre 7,5 € le kilo et 9 € pour les meilleures.

Palmarès

- Championnat jeunes génisses : Olympiade, Cyril Guitet (Maine-et-Loire)
- Championnat génisses : Narcisse, Pierre Hocedez (Nord)
- Championnat vaches et grande championne du concours : Jesabel des Turquoise, Sylvain Cauchy (Nord)
- Championnat mâles : Oasys, Cyril Guitet (Maine-et-Loire)
- Prix de région : région Nord
Jesabel des Turquoise Grande Championne du concours (photo 1)

à Sylvain Cauchy (Nord)

Olympiade Championne jeunes génisses (photo 2)

à Cyril Guitet (Maine-et-Loire)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Frédéric Capsenroux. « J’ai changé ma vision de la conduite de la reproduction. Avant, je ne voulais que des taureaux mais, l’insémination permet de sécuriser la production et d’avoir accès à un plus large choix côté génétique. » © E. Durand
Un système salers cohérent entre tout herbe et génétique
Frédéric Capsenroux élève 75 mères salers à Ytrac dans le Cantal. Il produit essentiellement du broutard et de la génétique, mais…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande