Aller au contenu principal

Des agricultrices engagées contre le mal-être

Dans l'Allier. Pour sensibiliser les éleveurs et sortir du déni du mal-être dans le travail, l'association Dfam a réalisé un travail remarquable.

« Au fil de nos échanges dans l’association, c’est devenu une évidence. Nous, on allait enfin briser le silence, c’était un défi mais aussi un devoir ! » Michèle Debord, éleveuse de bovins charolais à Sainte-Thérence dans l’Allier, est présidente de l’association Dfam 03 (Développement féminin agricole moderne de l’Allier). Cette association loi 1901, créée en 2009, a pour objectif d’aider les agricultrices à s’épanouir pour évoluer personnellement et professionnellement. Toujours en toile de fond des réunions et des formations en développement personnel, revenaient des aveux et confidences sur le mal-être des éleveurs dans leur travail. En 2013, le groupe est passé à l’action. Une approche ergonomique a constitué la première étape de leur démarche. « Demander à un homme de dévoiler sa vie, de montrer ses faiblesses… Impossible ! Alors pour toucher les éleveurs, nous leur avons parlé de ce dont ils veulent bien entendre parler : du travail », explique Michèle Debord. Une enquête en partenariat avec la CCMSA dans six départements a permis d’intéresser par cet angle les agriculteurs à leur santé morale. La deuxième étape a vu naître un clip vidéo d’environ 4 minutes. « Mal de terre » a été scénarisé, réalisé et monté par les femmes du groupe pour prévenir les risques de suicide dans le monde agricole. Ce film a été accompagné d’un livret de 90 pages qui répertorie et témoigne des sources de stress en agriculture et des ressources pour y faire face. Une action très courageuse et aussi très généreuse, car en libérant la parole sur ce sujet, les agricultrices du groupe ont été parfois quelque peu impactées dans leur vie personnelle. « Nous avons inévitablement porté un certain regard sur nos propres vies. Et d’autre part, beaucoup de personnes en difficulté se sont tournées vers nous, sachant que comme nous partagions le même métier, il n’était nul besoin d’expliquer. L’empathie était immédiate ! »

Du signal d'alarme à la prévention avec "cap mieux-être"

Les agricultrices ont alors ressenti la nécessité de se former à l’écoute afin de pouvoir mieux repérer et orienter les personnes en situation de souffrance morale vers des professionnels. Sur trois jours de formation, elles ont appris les outils pour repérer une éventuelle crise suicidaire et adapter leurs réactions. Pour boucler la boucle, l’association s’est ensuite lancée en 2015 dans l’action « Mieux-être en agriculture » en organisant à l’échelle nationale des conférences et en diffusant le DVD de la psychologue québecoise Pierrette Desrosiers (voir p. 26 et p. 31). « "Mal de Terre" était un signal d’alarme. Nous nous sommes ensuite attachées avec « Cap mieux-être » à une approche fondamentalement positive, plus axée sur l’humain, qui vise à apprendre à chacun à devenir acteur et producteur de sa vie », explique Michèle Debord, faite chevalier de la Légion d’honneur en juillet 2015 en reconnaissance de ces actions. Opération réussie : la mission de sensibilisation est remplie, le mal-être en agriculture perd son côté tabou et les agriculteurs sortent du déni. Les femmes de l’association ont joué le rôle de sentinelles, de médiatrices.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog de l’association http://fdgeda03allier.canalblog.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande