Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe

L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues en France, datant de l’inventaire de 1984.

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…).
© C. Delisle

L’Institut de l’élevage et Interbev ont travaillé en commun afin d’actualiser l’inventaire des carcasses des principaux types de bovins abattus en France. Les données concernant les rendements d’abattage et/ou de découpe par race, catégorie animale… sont en effet basées sur des chiffres anciens, datant des années 1980. « Pour passer du bœuf au bifteck, le bovin subit d’importantes transformations. Classiquement, on parle d’un rendement carcasse de 55 % et d’un rendement en viande de 70 %, soit pour un animal départ ferme de 670 kg vif, l’obtention d’une viande nette d’environ 250 kg dont 138 kg de morceaux à cuisson rapide et 118 kg de morceaux à cuisson lente », note Isabelle Legrand du service qualité des carcasses et des viandes de l’Institut de l’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Cédric Mandin, en Gaec avec son frère François à Sainte-Cécile, en Vendée. © C. Mandin
Cédric Mandin : "nos vaches attendent dans la stabulation"
Pour manifester sa colère face à la baisse du prix des bovins finis, Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la…
Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
steak et saucisse
Les mots « saucisses » et « steaks » réservés aux seuls produits carnés
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les…
EffiViande : un projet au service du maintien de l’élevage bovins allaitants
Piloté par l’Institut de l’élevage, le projet EffiViande vise à co-construire des systèmes de production de viande bovine…
Quentin Alteyrac. « Les 280 hectares conduits en pâturage de précision représentent le cœur de la ferme. Ils sont d’un seul tenant. Seule une route avec peu de passages sépare la partie garrigue, exposée Sud, de la partie prairie exposée Nord. Chaque parcelle a son point d’eau. » © Ferme de Fajac
Quentin Alteyrac dans l'Aude : « améliorer l’efficience du système dans son ensemble »
Dans l’Aude, sur la ferme de Fajac, gérée par Quentin Alteyrac, lorsque le système tout herbe a été modifié pour mettre en place…
Les animaux sans cornes issus des huit élevages sont souvent achetés par des élevages hors base de sélection qui ont vite analysés leurs atouts en donnant souvent leur préférence à de jeunes taureaux d’une morphologie de type « mixte » ou « mixte-viande ». © DR
Sélectionner plus efficacement des Limousines sans cornes
Huit élevages de la Haute-Loire, de la Loire et de la Nièvre se sont regroupés au sein du Groupe sans cornes des Sommets, pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande