Aller au contenu principal
Font Size

Davantage de Limousines et de races rustiques dans les cheptels bio

Répartition par race des effectifs allaitant en bio et en conventionnel

L’élevage allaitant bio est en fort développement. D’après des données statistiques de l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique (Agence Bio), il y avait en France en 2016 un total de 111 255 vaches allaitantes conduites dans des exploitations certifiées « bio », soit une progression de 6 % par rapport à 2015. Cette dynamique ne faiblit pas, bien au contraire, dans la mesure où en 2016, il y avait aussi un total de 59 000 vaches détenues dans des exploitations en cours de conversion. Pour mieux connaître ces élevages, l’Institut technique de l’agriculture biologique et l’Institut de l’élevage ont analysé quelles étaient les principales races utilisées. Ils ont pour cela recoupé pour l’année 2014 les données du Système national d’information génétique et celles de la Base de données nationale de l'identification.

En 2014, 2,7 % des élevage de bovins allaitants français étaient conduits en bio. Plus de la moitié d’entre eux étaient situés dans le Grand Ouest de la France et dans le Massif central. Numériquement parlant, la première région était les Pays de la Loire, mais la proportion des élevages bio était nettement plus importante dans la moitié sud de la France et surtout dans les départements du pourtour méditerranéen. En 2014, 15,1% des élevages allaitants de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur étaient bio, contre 1% dans les Hauts de France.

Des choix de race un peu différents

Les races utilisées sont globalement les mêmes que celles des élevages conventionnels mais avec quelques petites nuances dans les proportions. « Pour s’adapter à la conduite en bio, les éleveurs se définissent des objectifs qui se traduisent par des choix différents », explique l’Institut de l’élevage. En bio, il y a une plus forte représentation des races Limousine, Salers et Aubrac, avec également une plus forte proportion de cheptels croisés ou de races d’origine anglo-saxonne.

Pour ce qui est du niveau des performances pondérales, dans les élevages allaitants bio suivis par Bovins croissance, les poids des veaux à la naissance sont similaires à ceux qui ont été déclarés dans les élevages en conventionnel. Les niveaux de croissance sont ensuite inférieurs, dans la mesure où le recours à la complémentation est nettement moins usité. Au moment du sevrage, les broutards bio pèsent en moyenne 20 kg de moins au sevrage (-9 % de croissance), sauf en Salers où c’est équivalent.

La gestion des mises à la reproduction traduit un plus faible recours à l’IA, surtout en Blonde. « Dans l’ensemble des élevages allaitants « bio », en 2014, 8 % des veaux étaient issus d’IA contre 13 % en conventionnel. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande