Aller au contenu principal

Davantage de kilos mais une productivité numérique en recul

En 15 ans, l’évolution du format des différentes races allaitantes françaises s’est traduite par une tendance à la hausse pour les poids naissance et les poids de carcasse. Au cours du même intervalle de temps, la productivité numérique a eu tendance à se détériorer.

Des animaux plus lourds mais une productivité numérique en recul. Voici, succinctement résumé, certaines grandes tendances constatées sur les cheptels allaitants français au cours de ces dernières années. Ces observations résultent de l’analyse des différentes données techniques issues des élevages en contrôle de performance bovin. Elles ont été globalisées pour les cinq principales races allaitantes et ont ainsi permis de faire un état des lieux à pratiquement 15 ans d’intervalle.

 

graph productivité globale des cheptels suivis en CPV Institut de l'Elevage

 

Tout d’abord les élevages en contrôle de performance n’ont pas échappé à la hausse progressive de la dimension moyenne des troupeaux. Ce phénomène concerne toutes les races avec une progression d’une bonne dizaine de têtes par cheptel entre 2005 et 2017. « La plus forte évolution concerne la Blonde d’Aquitaine (moyenne de 39 vaches/cheptel en 2005 et 53 en 2017) et la plus faible concerne l’Aubrac (58 vaches/cheptel en 2005 et 67 en 2017) », précisait Philippe Boulesteix, chef de projet à l’Institut de l’Élevage lors de la présentation de ces chiffres.

 

graph IVV moyen des cheptels suivis en CPV

 

Côté performances techniques des troupeaux, la durée moyenne des IVV fluctue au fil des ans et ceci quelle que soit la race. Autant d’évolutions analysées comme très liées à des contrecoups d’ordre sanitaire et/ou alimentaire. Pour autant la hiérarchie existant de longue date entre les cinq races n’est pas modifiée et en 15 ans, en dehors de l’effet année, il n’y a pas eu de franche amélioration ou détérioration des résultats et ceci quelle que soit la race.

 

 

 

 

 

Progression de la mortalité des veaux

graph mortalité avant sevrage des cheptels suivis en CPV Institut de l'Elevage

Le taux de mortalité des veaux entre la naissance et le sevrage est en revanche clairement sur la mauvaise pente en particulier pour la Blonde et la Limousine. En 2005, cette mortalité avoisinait 7 % pour les veaux limousins. Cela positionnait la race à un niveau intermédiaire entre les deux races rustiques, Aubrac et Salers, et la Blonde et la Charolaise. Cette mortalité avoisinait 9 % en 2017, soit des valeurs proches de ce qui est constaté en Charolais (10 %).

Cette détérioration de la mortalité des veaux blonds et limousins serait à relier à la progression du poids moyen des veaux à la naissance, laquelle a été particulièrement sensible pour la Limousine. C’est avec cette race qu’il y a eu la plus forte augmentation des poids moyens à la naissance tels qu’ils ont été déclarés par les éleveurs : + 3,5 kg en 20 ans entre 1998 et 2017. Des veaux plus lourds à la naissance contribuent à détériorer les conditions de vêlage et donc à dégrader le taux de mortalité même si cela se traduit également par des animaux possédant ensuite dans l’ensemble un meilleur potentiel de croissance et donc des poids plus élevés au moment du sevrage.

Cette progression de la mortalité des veaux associée aux problèmes sanitaires et à une moindre fertilité des troupeaux se traduit au final par une moindre productivité globale des cheptels (nombre de veaux sevrés/effectif moyen de vaches présentes). Les troupeaux tendent à être moins efficaces sur ce volet. L’effet année est important avec un net impact de la FCO en 2008 et 2009.

 

 

Poids de carcasse : le « toujours plus » est de mise

 

grap évolution des poids de carcasse des vaches entre 2008 et 2017

 

La hausse régulière des poids de carcasse est de mise quelle que soit la race. Le graphique ci-dessus a été réalisé avec l’ensemble des données d’abattage disponibles et non avec les seules vaches issues des élevages en contrôle de performance. Cette progression est conséquente pour certaines races avec une augmentation de plus de 25 kg en 10 ans pour la Blonde, la Limousine et l’Aubrac. Elle est pour partie le résultat d’objectifs de sélection qui, à des degrés divers selon les races concernées, ont cherché à accroître le format et le potentiel de croissance. L’amélioration de la conduite d’élevage des génisses puis la qualité de la finition ont également eu un impact dans cette évolution.

L’âge moyen à l’abattage est plutôt en diminution, en particulier pour la Salers. À signaler également le plus ou moins grand étalement des courbes de répartition des animaux abattus. La Blonde est la plus concernée par ce phénomène. Autour du poids moyen de 479 kg, il existe une forte proportion d’animaux très lourds (plus de 550 kg) mais il existe également une proportion non négligeable d’animaux vraiment légers (moins de 350 kg) pouvant correspondre à des vaches de réformes âgées, qui sont alors souvent mal finies ou même pas finies du tout !

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande