Aller au contenu principal

Culture Viande plaide pour la contractualisation en viande bovine

Pour son premier congrès depuis la fusion avec FedeV et les « années Covid », Culture Viande s’est clairement positionné pour l’avancée de la contractualisation en viande bovine en présence du ministre Marc Fesneau.

Gilles Gauthier, président de Culture Viande lors du congrès le 21 septembre 2022 à Paris
© S.Bourgeois

« Je demande avec beaucoup de force à toutes les entreprises des viandes de s’engager pleinement et au plus vite dans les démarches de contractualisation les plus adaptées à leurs besoins » a calmement énoncé Gilles Gauthier, président de Culture Viande, lors du congrès du syndicat des entreprises des viandes à Paris, le 21 septembre 2022. « Si c’est de l’intégration, ce sera de l’intégration. Ces contrats devront avoir pour vocation de mieux orienter notre production à la demande de nos marchés. »

Et de rappeler que l’offre nationale des troupeaux laitiers et allaitants s’est amenuisée au total de plus de 10 % depuis 2016 - soit 750 000 têtes de moins en six ans. En dépit d’une très sensible revalorisation du prix des animaux, la production continue de s’abaisser à un rythme inquiétant de près de 3 % par mois.

"La conséquence pour nos abattoirs est sévère, avec une réduction d’activité de 6 à 8 %, et plus grave encore, l’approvisionnement en viande de nos clients et donc des consommateurs risque dans les prochains mois de ne plus être assuré, ouvrant encore un champ plus large aux importations." Les viandes bovines importées représentaient déjà sur le premier semestre 2022 entre 25 et 26 % du marché.  

"Culture Viande a pris la mesure du danger de la situation, et mets tout en œuvre pour juguler cette décapitalisation : conforter et sécuriser le revenu des producteurs, redonner des perspectives aux jeunes éleveurs. Au sein d’Interbev et de la charte en cours de réalisation, Culture Viande a été force de proposition et le restera" a expliqué Gilles Gauthier.

Culture Viande a d’autre part fait part de sa demande auprès des services du ministère de revoir le système des étoiles dans les dénominations bouchères pour une meilleure lisibilité pour les consommateurs. Un projet de filière visant à homogénéiser l’émoussage des carcasses est en cours. Et Culture Viande a remercié Marc Fesneau pour sa détermination toujours d’actualité de vouloir réglementer l’usage pour les produits végétaux des dénominations de l’univers des viandes.

Le syndicat des entreprises des viandes a ouvert son congrès par un hommage à l’ensemble de ses personnels pour leur compétence - « force vive qui maille l’ensemble du territoire national » en revenant sur le premier confinement de 2020 et l’énorme effort réalisé pour ne pas rompre la chaîne alimentaire. « Tout le monde a été au boulot. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande