Aller au contenu principal

[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

chargement de bovins en ferme
© J.C.Gütner

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'industrie de la viande sont en train de se débrouiller avec le nouveau contexte réglementaire et l'évolution du marché. "Pour l'instant, il n'y a pas de problème de disponibilité du personnel dans les entreprises", observe Hervé Des Deserts, directeur de FEDEV. "Et les choses sont en train de se clarifier avec les forces de l'ordre pour la règlementation des déplacements."

Le courrier de soutien et d'encouragement du Ministre a été très bien venu, car les entreprises se démènent pour remplir leur mission comme elles peuvent.

Mais le combat n'est pas terminé. Culture Viande interpelle ce vendredi 20 mars dans un courrier le Gouvernement sur l'accompagnement de l'activité des entreprises des viandes. L'organisation alerte sur deux difficultés pour la poursuite de l'activité :

"-  condition sine qua non, le maintien des effectifs de production ! Ne comprenant pas bien les développements sur le confinement d’un côté, et l’obligation de travailler de l’autre, la notion de risque au travail (messages contradictoires à-propos des masques : disponibles ou pas / utiles ou pas...) et un sentiment d’inégalité de traitement (par rapport à ceux qui ne travaillent pas) vont mettre à l’arrêt de nombreux salariés. Sans clarification rapide des règles sécuritaires et appréciation des efforts consentis par les Pouvoirs Publics, la continuité de nos activités est en péril ;

- la sécurisation de la chaîne de production : notre activité est « d’importance vitale », mais elle serait à l’arrêt sans enlèvement des déchets (équarrissage), sans livraison des fluides frigorigènes et sans emballages (cartons, étiquettes, films...). Toute la filière doit se mobiliser."

La grande distribution a vendu au cours de la semaine écoulée des quantités très importantes de viande à l'annonce de la fermeture des écoles et du confinement des français. On peut espérer pour les prochaines semaines le retour d'une sorte de régularité. Les entreprises de commerce qui sont spécialisées sur le secteur de la restauration vont cependant être probablement contraintes de fermer le temps du confinement, car il n'est pas possible de se réorienter sur la grande distribution sur un pas de temps si court.

Les marchés aux bestiaux font eux-aussi partie des filières agro-alimentaires prioritaires pour la Nation. "Une évaluation des risques a été menée au niveau de chaque marché en lien avec la Préfecture : certains ont décidé de fermer leurs portes et d'autres se maintiennent ouverts pour assurer l'écoulement des animaux et l'approvisionnement des outils de la filière" explique la FMBV sur son site. "Les marchés qui restent ouverts se réorganisent et mettent tous les moyens en œuvre pour assurer la sécurité de leurs salariés et des opérateurs." Un tableau des ouvertures/ fermetures des marchés sera mis à jour ici très régulièrement durant toute la période de confinement.

Lire aussi France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
infographie export de bovins vifs sur pays tiers
Maghreb et Moyen-Orient ont faim de viande sur pied
Les exportations de bovins vivants vers les pays tiers diversifient les débouchés du bétail français. Les pays du pourtour sud et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande