Aller au contenu principal
Font Size

Corrélations entre indexation génomique et Iboval

Gènes Diffusion a réalisé des graphiques permettant d’analyser les corrélations entre indexation génomique et indexation Iboval.

Les données de l’indexation Iboval confirment-elles celles des différents prédicteurs génomiques ? À l’occasion d’une journée sur la génomique en race Charolaise organisée début juin dans la Loire, Gènes Diffusion a présenté différents résultats visant à analyser quel était le niveau de corrélation entre les prédicteurs génomiques proposés par cette entreprise de sélection pour certains de ses taureaux et les différents index Iboval résultant des performances au sevrage des produits issus de ces mêmes taureaux. Les résultats ont été présentés sous forme de graphique pour chacun des différents index pris en compte. Chaque taureau était donc positionné sur ces graphiques par un point en prenant en abscisse le score du prédicteur génomique (pouvant être noté de 0 à 10) et en ordonnée le niveau d’indexation Iboval pour ce même caractère (chiffre fluctuant globalement le plus souvent entre 90 et 120 pour les différents index pris en compte). À partir du nuage de point lié au positionnement de chacun des différents taureaux sur chaque graphique, il a ensuite été possible de scinder à chaque fois ce nuage en trois sous-ensembles.

Le sous-ensemble entouré en vert correspond aux taureaux correctement évalués par GDScan pour lesquels la corrélation a été bonne entre ce qui avait été prédit par la génomique et ce qui a été constaté par l’indexation calculée à partir des résultats (pesée et pointage) collectés en ferme sur la descendance de ces taureaux.
Le sous-ensemble bleu correspond à des taureaux pour lesquels le potentiel des taureaux analysés via GDScan avait été sous-évalué, avec au final une bonne surprise, mais pour autant des résultats ne correspondant pas à ce qui avait été prédit.
Et un troisième sous-ensemble entouré de rouge pour lequel GDScan avait sur-évalué le potentiel du taureau.

Sur ou sous-évaluation

Globalement GDScan sous évalue le critère index naissance, sur-évalue le critère croissance et sous-évalue les critères croissance et allaitement. Certains taureaux notés entre 5 et 6 (résultat moyen à moyen plus) pour le prédicteur de production génomique dénommé Nai g, ont obtenu un index Ifnais compris entre 108 et 114, soit un très bon chiffre. En revanche d’autres sont surévalués par GDscan. Ils sont à moins 4 point IBoval en dessous de ce qui avait été prédit. Ces corrélations ont été successivement présentées pour l’index naissance, l’index croissance, l’index aptitude au vêlage, l’index allaitement, l’index développement musculaire et l’index développement squelettique.

Ces résultats doivent cependant être analysés avec précaution. Le niveau de l’indexation Iboval pour ces taureaux est susceptible d’évoluer dans la mesure où leur descendance évaluée en ferme est encore parfois relativement peu nombreuse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande