Aller au contenu principal

[Contenu partenaire] Plastiques agricoles usagés : tout comprendre à la collecte, au recyclage et à l'écocontribution

Ecocontributions en hausse, crise du recyclage, reports de collecte pendant le confinement, découvrez ce que la filière APE-A.D.I.VALOR fait pour assurer la pérennité des collectes et du recyclage des plastiques agricoles usagés. De nombreux projet sont en cours, y compris pour les plastiques d’élevage afin de retrouver 100 % de recyclage et garantir 0 % de plastiques abandonnés dans la nature.

Bernard Le Moine, bonjour, vous êtes délégué général du CPA, en charge du financement de la collecte et du recyclage des plastiques agricoles usagés, pouvez-vous nous expliquer pourquoi cette année encore il y a des hausses d’écocontribution ?

L’écocontribution appliquée sur les produits neufs, comme dans toutes les autres filières, permet d’assurer le financement de la collecte, de la récupération et du recyclage. Depuis le début de nos filières en 2009 nous avons appliqué le principe de progressivité. C’est-à-dire que nous adaptons nos ressources aux besoins financiers de la filière pour assurer les opérations de récupération. Avec l’augmentation constante des volumes collectés, ajoutée à la crise du recyclage que nous connaissons depuis 2018, il se trouve que les besoins financiers de la filière ont considérablement augmentés. C’est la raison pour laquelle les écocontributions appliqués sur les produits vendus doivent évoluer pour pouvoir couvrir ces nouveaux frais.

Pierre de Lépinau, vous êtes directeur d’A.D.I.VALOR, qu’en est-il de la collecte et du recyclage des plastiques agricoles en 2020 ?

Nous observons depuis 2018 une augmentation dramatique des couts de collecte et recyclage. L’élément déclencheur a été la décision de la Chine d’arrêter l’importation de déchets plastiques recyclables en 2018, provoquant un déséquilibre complet sur le marché européen entre l’offre en plastiques recyclables et la demande. Les prix de reprise ont baissé, certains plastiques sont venus concurrencer nos plastiques agricoles, nous manquons donc de capacités et du fait de ce manque de capacités nous sommes amenés à constituer des stocks d’attente avant que des capacités se libèrent, ce qui augmente d’autant nos coûts logistiques. Depuis quelques mois le phénomène a été amplifié par le ralentissement économique provoqué par la crise sanitaire, notamment du fait d’un ralentissement de la demande dans des secteurs habituellement très consommateurs de matières plastiques recyclées. On peut citer par exemple le cas du secteur de l’automobile, du bâtiment, mais également la demande en provenance des collectivités.   

En conclusion, trois axes de solutions ?

PDL : Nous travaillons pour atteindre et sécuriser cet objectif du 100 % recyclé, en concentrant notre action sur 3 axes :

Le premier axe c’est d’améliorer la recyclabilité des plastiques usagés collectés, notamment en améliorant la qualité du tri et de la préparation des plastiques, préparation voulant en particulier dire nettoyage.

Le deuxième axe pour sur la création de nouvelles unités de recyclage en France qui nous permettra de sécuriser la chaîne logistique et de maîtriser à terme les coûts de collecte et de recyclage. Deux projets sont d’ore et déjà en perspective, le premier porte sur les films de paillage, projet CLEANFLEX, qui devrait démarrer fin 2021 et deuxième projet qui porte sur le recyclage des filets balle rondes, perspective 2022, nom de code RECYOUEST.  

Le troisième axe est l’augmentation de l’utilisation de matières plastiques recyclées, condition indispensable pour rééquilibrer offre et demande sur ce marché. Ce sont des actions que nous menons avec le CPA au niveau français et européen, en étroite concertation avec les pouvoirs publics, afin que des mesures soient prise afin d’inciter voire contraindre à l’augmentation de l’incorporation de matières plastiques recyclées dans les produits neufs.

Et pour l’avenir comment voyez-vous les choses ?

BLM : Un plastique sans solution de recyclage est un plastique menacé. Si un plastique agricole est menacé c’est la production agricole elle-même qui est menacée, tant ce produit est indispensable pour l’agriculteur. Il est absolument essentiel de conserver les services de la filière à l’agriculteur, qui doit avoir des solutions sur la gestion de la fin de vie de ses produits. C’est tout le travail qui est fait par A.D.I.VALOR et le CPA pour être sûr que les produits que l’on met sur le marché restent sans impact sur l’environnement.

« Pour en savoir plus : www.plastiques-agricoles.com »

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Matthieu Fages achète une moyenne d’un taureau salers par an dont certain en copropriété en accordant une importance particulière au caractère à l’image de Milan, 6 ans, (Fervent/Odon/Onyx) indexé à 115 en Isevr. Il est né au Gaec de la colline d’Urfé dans la Loire et acheté à la station de Saint Bonnet de Salers. © F. d'Alteroche
[De conseiller à éleveur ] « J’applique chez moi mes conseils pratiques »
Aux confins du Cantal et de l’Aveyron, Matthieu Fages a repris l’exploitation familiale en 2011 après avoir été salarié à Bovins…
De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant
REPRO, VELAGE, FORMAT,...en tout six index "techniques", chacun correspondant à un grand thème d’aptitudes, seront livrés fin…
Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande