Aller au contenu principal

Bovins viande : en Espagne, des « tacos » pour minéraliser les vaches allaitantes en plein air intégral

Comment apporter une minéralisation adéquate à des bovins viande conduits en système très extensif ? En Espagne, la distribution de « tacos » a été adoptée couramment. Cette pratique consiste à répartir de très gros granulés au sol faisant office d’aliment complémentaire et minéral.

aliment bovins Espagne prairie
Les tacos sont distribués manuellement ou mécaniquement, une fois par jour en général. La consommation moyenne s'établit à 450 kilos par vache et par an.
© Nanta

Dans la partie ouest et sud de l’Espagne, qui regroupe 65 à 70 % des vaches allaitantes du pays, les systèmes d’élevage sont extrêmement extensifs. « Des exploitations de 300 à 500 hectares élèvent des vaches souvent de races rustiques (morucha, retinta, avileña…) de plus en plus souvent croisées avec la limousine. Les vaches sont à l’extérieur toute l’année et le chargement moyen est passé ces dernières années de 0,25 à 0,5 vache par hectare. Ces systèmes sont hyperdépendants des facteurs climatiques et les ressources fourragères sont plus que limitées », a présenté Joan Riera de Nanta, une entreprise de nutrition animale espagnole.

Lire aussi : Alimentation minérale : quelle présentation choisir pour complémenter ses vaches allaitantes ?

Pour complémenter les troupeaux, les éleveurs distribuent directement au sol des tacos. Ce sont des aliments, mais ils incluent la minéralisation. Ils se présentent sous forme de très gros granulés de section cubique de 16 mm sur 30 à 45 mm de long. Le taco typique contient 13 à 18 % de protéines brutes, ainsi que 20 à 30 % d’amidon et il apporte 0,70 à 0,95 UFL. Il se présente avec ou sans urée et apporte phosphore, calcium, magnésium, sodium, des vitamines A, D, et E et des oligoéléments (manganèse, cuivre, zinc, cobalt et sélénium). 

Les ingrédients sont de l’orge, du blé et ses coproduits, du seigle, mais pas de maïs et la teneur en matières grasses est minime. « Le taco doit en effet être extrêmement dur (97 à 98 % de MS), car aucun client n’acceptera d’avoir trop de fines ou de poussières. »

Des tacos distribués de juin à mars

« Nous recommandons la distribution de tacos 60 jours avant vêlage et jusqu’à 90 jours de lactation, ainsi que lors de la mise à la reproduction », indique Joan Riera. En fonction de l’état des pâturages, il peut y avoir un approvisionnement d’entretien. «​​​​​ ​Certaines années de sécheresse, les vaches ont eu de la paille et 3 à 4 kg de tacos par jour parce qu’il y avait zéro kilo d’herbe. »

Les tacos sont utilisés surtout à partir de juin ou juillet, et jusqu’en février-mars. Ils sont distribués manuellement ou mécaniquement, une fois par jour en général. La consommation moyenne affiche 450 kg par vache et par an, mais les quantités distribuées varient en fonction de la disponibilité en fourrage, de sa valeur nutritionnelle, du stress thermique qui augmente les besoins d’entretien en énergie… Les formules sont adaptées en fonction du poids des animaux, de leur potentiel génétique et de leurs besoins spécifiques. Les éleveurs pilotent le rationnement en fonction de l’évolution de la note d’état corporel des vaches. Il est conseillé d’utiliser deux formules différentes, mais par pragmatisme souvent une seule est commandée et c’est la quantité distribuée qui est adaptée.

Les plus lus

élevage de vaches de race aubrac en Lozère
« Avec nos 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement, nous dégageons 50 000 euros de revenu disponible pour deux associés »

En Lozère, David et Ludovic Cayrel élèvent 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement chaque année. La valorisation de…

éleveurs bovins viande bâtiment charolaise
« Nous faisons naître 360 veaux dans l’hiver sous un même bâtiment »

Le Gaec Gauthé, dans la Nièvre, a choisi il y a une vingtaine d’années de faire vêler dans un grand bâtiment les vaches…

Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises situé à Ceyrat dans le Puy-de-Dôme
Astuce d'éleveur : des piquets fixés par du sable dans des manchons de PVC

Situé en zone pavillonnaire, Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises, a dû tenir compte des contraintes…

Jean-Michel, Michelle et leur fils Damien : « Le bâtiment, peu profond, permet de voir tout le troupeau en un coup d'œil. »
Bâtiment d’élevage : « Nous avons changé plusieurs fois d’avis avant d’aboutir à un projet façonné selon nos besoins »

Jean-Michel, Michelle et Damien Martin, situés dans la Creuse, ont lancé leur projet de bâtiment en 2019. Entre l’idée de…

Congrès FMBV : face à la décapitalisation, « on est là pour regarder les choses en face et avancer ensemble »

En 2023, les marchés de bétail vif ont enregistré une baisse d’activité de 8,8 %, en lien notamment avec la décapitalisation.…

« Ma rotation n’est pas figée. Elle est plutôt opportuniste et s’adapte en fonction des rendements », explique Fabien Fabre, basé à Cassagnes-Bégonhès dans ...
« Je produis toute l’alimentation des vaches allaitantes en semis direct sous couvert »

Au cœur de l’Aveyron, l’EARL Mazel Fabre produit toute l’alimentation de ses vaches allaitantes en semis direct sous couvert…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande