Aller au contenu principal

Betterave fourragère : un groupe d'éleveurs crée des références en Nouvelle-Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, une étude a été menée en 2021 auprès d’une vingtaine d’éleveurs sur la betterave fourragère.

betterave fourragère
© Idele/projet Accélair

Depuis quelques années, la betterave fourragère fait son retour dans les systèmes fourragers de Nouvelle-Aquitaine. Face à ce nouvel intérêt, « nous avons conduit une étude en 2021 auprès d’une vingtaine d’éleveurs bovins lait (22 parcelles suivies), pour recueillir des références locales (itinéraire technique, rendement…), élaborer des conseils pratiques et des recommandations techniques sur cette culture », souligne Adèle Marsault de l’Institut de l’élevage et en charge du projet (AccélaiR). Une répétition du suivi a été effectuée en 2022.

Bien maîtriser la culture de la betterave fourragère

La précision du semis et la maîtrise du salissement ont constitué deux points faibles. « Il est important pour les éleveurs de se mettre en tête que la betterave est une culture exigeante qui demande d’être semée au moment opportun, sur un sol très affiné et bien rappuyé pour favoriser la levée. » Certains d’entre eux passent le rouleau avant le semis pour que la profondeur de celui-ci soit bien homogène (entre 2 et 3 centimètres).

Une levée trop échelonnée rendra difficile la maîtrise des adventices. Les pertes entre le semis et la récolte ont été semblables aux références en conventionnel (30 % en moyenne). En revanche en agriculture biologique, elles ont atteint 50 %. Le printemps froid et sec en 2021 a entraîné des dégâts d’insectes importants.

Par simplicité, l’écartement retenu a été le même que pour le maïs (60 -65 cm). « On n’a pas observé de corrélation entre l’espacement sur le rang et le poids des betteraves à la récolte. En conventionnel, trois désherbages chimiques et un binage ont été effectués en moyenne. »

Un rendement en UF/ha supérieur au maïs

Le rendement moyen a été de 10 tMS/ha en conventionnel, de 7 en bio. Même avec des rendements inférieurs au maïs, le gain sur la valeur UF permet de maintenir le rendement en UF/ha au même niveau qu’un hectare de maïs. Les semences représentent la moitié du coût à l’hectare en conventionnel. « Dans la région, les automnes chauds et secs jusqu’en décembre permettent le pâturage jusque tard dans la saison. Ce mode d’exploitation est présent dans un élevage sur deux et limite le coût de la culture (entre 150 et 200 €/ha, coût de récolte). » Les résultats 2022 seront intéressants à comparer avec la sécheresse.

 

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande