Aller au contenu principal

95 000 visiteurs attendus au Sommet de l’élevage

Même si la sécheresse contribue à donner des cheveux blancs supplémentaires aux organisateurs du Sommet de l’élevage, ces derniers escomptent 95000 visiteurs. Et de prochaines éditions riches en nouveautés. 

sommet de l'élevage 2019
Fabrice Berthon et Jacques Chazalet « Les différents concours pourront être vus en direct puis en différés sur la Web TV du Sommet de l’élevage accessible depuis notre site sommet-elevage.fr »
© F.Alteroche

« Le contexte pour le secteur des ruminants est particulièrement compliqué cette année. Les discussions en cours sur les accords de libre-échange génèrent une ambiance électrique dans les campagnes », estime Jacques Chazalet, Président du Sommet de l’élevage alors que ce salon s’apprête à ouvrir ses portes. Le moral des éleveurs est surtout lourdement impacté par les conséquences d’une météo estivale catastrophique. La région Auvergne-Rhône-Alpes et sa périphérie font partie des zones les plus concernées par la sécheresse et la canicule. Pour autant, le Président du Sommet entend rester optimiste pour cette 28° édition. "Nous avons fait le plein d’exposants : 1560 cette année contre 1510 en 2018, saturant de ce fait la capacité d’accueil du site".  Le nombre d’entreprises en lien avec les énergies renouvelables est en nette hausse comparativement à la précédente édition : + 15%. Tout ce qui concerne le bien-être animal, l’agriculture biologique et le digital est également en forte progression. "Les agriculteurs sont des entrepreneurs du vivant. On sait qu’il va falloir s’adapter aux évolutions du climat",  souligne Jacques Chazalet pour qui la mise en place de retenues collinaires à l’échelle d’une exploitation ou d’un groupe d’exploitations de façon à sécuriser les stocks fourragers est probablement le meilleur des remparts pour faire face à ces évolutions préoccupantes du climat. Et de souligner également tout l’intérêt pour un éleveur de venir dans un salon d’élevage pour voir ce qui est proposé par les différentes entreprises de l’agrofourniture. « Être présent sur un salon permet de prendre des idées nouvelles et d'analyser les solutions qui peuvent être proposées face aux problématiques du moment. »

« Côté fréquentation nous tablons sur 95 000 visiteurs. » Le salon attire de plus en plus les étrangers et les pays d’Afrique de l’ouest seront cette année les invités d’honneur du Salon. « Sur le continent africain, la population va doubler d’ici 2050 et la consommation de produits carnés va tripler. Ces pays sont à la recherche de solutions pour relever ce défi », souligne Fabrice Berthon, commissaire général du Sommet de l’élevage.

Travaux sur l’A75

L’actuelle mise en 2x3 voies de l’autoroute A75 dans le Sud de l’agglomération de Clermont-Ferrand risque de perturber l’accès à la grande halle d’Auvergne. « Cet élargissement était indispensable. Ce sera un plus évident pour les éditions à venir », souligne Jacques Chazalet. Côté investissements, il est prévu la construction d’une seconde halle en dur qui doit être mise en service pour l’édition 2021. Parmi les autres projets qui ne sont encore qu’à l’étude, Fabrice Berthon s’interroge pour organiser le week-end précédent l’ouverture du salon une « grande fête de la viande » dans le centre de Clermont-Ferrand. L’idée serait de mettre en place ce type d’évènement à l’attention du grand public en fêtant à la fois la viande et l’élevage et plus particulièrement l’élevage des ruminants. La possibilité de faire un copier-coller de l’actuelle « Fête de la bière » organisée à Munich en Allemagne est évoquée. « De par sa position géographique, Clermont-Ferrand serait la ville idéale. » Bien entendu il s’agit là d’un gros défi. « Mais, la réputation de la fête de la bière ne s’est pas bâtie en une seule édition ! » Pour en revenir à l’édition 2019, elle sera marquée par l’organisation simultanée du Concours Blonde d’Aquitaine et ce sera l’an prochain au tour de la race Aubrac d’être plus particulièrement mise à l’honneur.

Quelques chiffres 

- 95 000 visiteurs attendus dont 4500 étrangers venus de 85 pays. 
- 2000 animaux dont 1300 bovins
- 35 visites d’élevages et de sites agro-industriels
- 70 colloques et conférences 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande