Aller au contenu principal

Bonnes performances de l’agriculture de conservation des sols en zones sèches

Une récente étude publiée dans la revue Nature scientific report montre que l’agriculture de conservation des sols a de bonnes probabilités de dépasser les rendements de l’agriculture conventionnelle dans les régions sèches.

Agriculture de conservation des sols
© Sidler

L’agriculture de conservation des sols présente de meilleures performances de production que le système sans labour et a plus de 50% de chances de surpasser l’agriculture conventionnelle dans les régions du monde les plus soumises au stress hydrique. Voilà ce que confirme une étude récemment publiée dans la revue Nature scientific report par plusieurs chercheurs de l’Inrae, du Cirad et d’AgroParisTech.

Lire aussi : 170 exploitations en agriculture de conservation obtiennent le label « Au cœur des sols »

« Un de mes doctorants a récupéré toutes les études expérimentales sur le sujet. L’intérêt de cette méta-analyse : on obtient des résultats robustes », explique David Makowski, directeur de chercher à l’Inrae au département environnement et agronomie et coauteur de l’étude.

Les différences de rendements ont été estimées à l’aide d’algorithmes d’apprentissage automatique formés par 4403 observations de rendement sur 8 espèces de cultures provenant de 413 publications.

Aller au-delà du non-labour

« L’agriculture de conservation des sols se base sur trois piliers : le non-labour, la rotation des cultures et la conservation des résidus de culture en surface, rappelle David Makowski. Notre étude montre un écart important entre les résultats obtenus selon les pratiques. Pour avoir les meilleurs rendements, il faut appliquer les trois piliers ensemble ». Un résultat qui expliquerait en partie la grande variété des observations dans les différentes études, selon le chercheur.

Lire aussi : Il ne faut pas se lancer aveuglément dans l'agriculture de conservation  selon l'agronome Jean-Pierre Sarthou

L’étude montre aussi que l’agriculture de conservation des sols est d’autant plus performante qu’elle est ciblée sur des régions touchées par le stress hydrique et sur des cultures spécifiques. Ainsi l’agriculture de conservation des sols, associée à la fertilisation et à la lutte contre les mauvaises herbes et les ravageurs, est susceptible d’entrainer un gain de rendement par rapport à l’agriculture de conservation en Amérique du Nord-Ouest pour l’orge de printemps, le maïs, le sorgho, le tournesol, et le blé d’hiver.

Regarder : Baptiste, dans l'agriculture de conservation et artisan de demain

En Amérique du Nord-Est et en Europe, les cultures ayant des chances de présenter un meilleur rendement en agriculture de conservation des sols sont l’orge de printemps, le maïs, le soja et le blé d’hiver.

La France n’est pas la zone où on a le plus de chance de gagner du rendement

Quid de la France ? « La France n’est pas la zone où on a le plus de chance de gagner du rendement avec l’agriculture de conservation des sols, à l’exception de son extrême sud. En Europe, le pays le plus concerné est l’Espagne », commente David Makowski. Un résultat voué à changer avec le changement climatique ? C’est justement ce sur quoi travaille une équipe de chercheurs de l’Inrae nous explique-t-il. « Nous étudions les performances du système en simulant l’évolution du climat à l’horizon 2050 et 2100 », précise-t-il. L’étude devrait être publiée avant l’été.


Comparaison des rendements entre l’agriculture de conservation des sols et l’agriculture conventionnelle

Agriculture de conservation des sols
Légende : Impact des pratiques de gestion des cultures sur les performances de l'Agriculture de conservation des sols, illustré dans un graphique de dépendance partielle à 1 dimension de la probabilité de gain de rendement en fonction du bilan des précipitations (mm). Les graduations sur l'axe des x montrent les distributions des observations de l'équilibre des précipitations dans l'ensemble de données. NT = agriculture conventionnelle. +-SC = avec ou sans la couverture du sol, +- R = avec ou sans rotation des cultures, +-F = avec ou sans fertilisation, +-WD = avec ou sans lutte contre les mauvaises herbes et les ravageurs. crédit : Nature Scientific report

 

Pour aller plus loin

Les données de cette étude sur l’agriculture de conservation sont disponibles en open data (sur ce lien : https://www.nature.com/articles/s41597-021-00817-x). Elles sont réutilisables par toute personnes intéressées sur le sujet, souligne David Makowski très attaché à ce sujet. Il souligne que d’autres bases de données ont été mises en ligne par le passé comme celle incluant des résultats expérimentaux sur différentes techniques dîtes "agroécologiques" (mélanges d'espèces, plantes de service, diversification des rotations etc.) https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352340919302495

Les plus lus

Anne Mottet
Anne Mottet, femme de Thomas Pesquet, défend le plancher des vaches
Chargée de la politique d’élevage à la FAO, l’ingénieure agronome et docteur en agro-écosystème Anne Mottet démontre brillamment…
Boucherie abolition
[Anti-viande] L214 dénonce son attitude : l’animaliste Solveig Halloin en cinq vidéos
Solveig Halloin, militante animaliste et porte-parole de Boucherie abolition, fait le buzz après son intervention critiquée par…
Protéines
Plan protéines : nouvelle enveloppe de 20 millions d’euros pour aider les agriculteurs à s’équiper
Après le succès du premier, un deuxième appel à projets pour l’aide aux investissements en matériels et agroéquipements dans le…
Coupe flexible
Plan protéines : quels agroéquipements éligibles à la deuxième enveloppe de 20 millions d’euros ?
Après le succès du premier, un deuxième appel à projets pour l’aide aux investissements en matériels et agroéquipements dans le…
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d'Or
[Pac - Manifestation à Dijon] Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or : « On m’a mis les menottes dans le dos, comme un délinquant »
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or, en Gaec sur une exploitations polyculture élevage (limousines…
Retraités agricoles
Retraites : 100 euros de plus par mois pour 227 000 anciens agriculteurs dès décembre
Jean Castex va annoncer ce vendredi 23 avril au matin à Luzillat dans le Puy-de-Dôme la mise en œuvre de la revalorisation des…
Publicité