Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le conseil de Mickael Bosboeuf, conseiller en prévention des risques professionnels à la MSA Poitou
« Trop louche ma louche, trop belle ma pelle »

« Mouler avec une louche traditionnelle dans des moules individuels peut engendrer des troubles musculosquelettiques. Cela oblige à faire deux torsions du poignet, la première pour prendre le caillé et la deuxième pour le déposer. Cela impose aussi un contrepoids musculaire qui engendre de la fatigue. Toutes les louches ne se valent pas non plus. Les louches « pochon » offrent ainsi une meilleure préhension et limitent les torsions.

Les plus lus

Horsch - Les couverts végétaux détruits avec le Cultro TC
Machinisme
Le Cultro TC, le rouleau Faca de Horsch, est disponible en 3 et 12 mètres d’envergure.
Carré – Une houe rotative à réglage hydraulique de la pression au sol
Machinisme
La houe rotative Rotanet Control de Carré bénéficie d’un montage des roues par éléments équipées de vérins hydrauliques pour…
Les vins nature bousculent les codes de la communication
Vigne
Les vins nature construisent peu à peu leur notoriété, et s’appuient pour cela sur des stratégies de communication fortement…
À la recherche du lait bio
La chèvre
Le nombre d’éleveurs biologiques ne cesse de croître et, aujourd’hui, 9 % des chèvres sont bio. Une centaine de livreurs…
Moins de lait chez les éleveurs caprins bio mais une génétique similaire
La chèvre
La productivité par animal dans les élevages bio est en moyenne moins élevée qu’en conventionnel. C’est surtout lié à la conduite…
Les principaux points du cahier des charges bio pour l’élevage caprin
La chèvre
Général Les conditions de logements sont de 1,5 m² minimum par tête et une aire d’exercice de 2,5 m² par tête. L’élevage hors…
Publicité