Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Guillaume Riou veut motiver les jeunes générations à s'installer en bio

Guillaume Riou, président de la Fnab depuis avril 2018.
© Fnab

Installé hors cadre familial, Guillaume Riou est polyculteur-éleveur depuis seize ans dans les Deux-Sèvres. Il a converti sa ferme à l'agriculture biologique en 2009. Il cultive aujourd'hui 145 hectares (luzerne, quinoa, blé panifiable, pois, lin, triticale, maïs, orge, sainfoin, prairies) et élève une trentaine de vaches allaitantes. Sa ferme est située sur une zone Natura 2000 et sur l'aire d'alimentation de captage d'eau potable de la Courance et la zone atelier du CNRS de Chizé (79), une zone de protection spéciale avifaune de plaine de 35 000 hectares. Très engagé sur les questions de protection de l'eau et de biodiversité, Guillaume Riou est secrétaire national en charge des questions eau, bio et territoires à la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) depuis 2014. Il a aussi été président du groupement des agriculteurs biologiques de Poitou-Charentes de 2012 à 2015 et membre actif du conseil d'administration de la Fnab depuis 2014. À l’occasion de l’assemblée générale du réseau en avril 2018, il a été élu à sa présidence, succédant à Stéphanie Pageot. « Nous avons été les pionniers du projet de société qu'est la bio. Aujourd'hui qu'elle se développe, il est plus urgent que jamais de remettre le producteur au cœur de cette dynamique. Ramener la valeur ajoutée de notre production sur nos fermes et dans nos territoires est notre défi ! », déclare Guillaume Riou. Il se montre en faveur d’un développement territorial cohérent, respectueux de l’environnement et équitable. Il estime que l’agriculture biologique peut apporter des réponses aux attentes sociétales. « Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s'installant en agriculture biologique », estime-t-il.

Les plus lus

Le label bio s’exporte
Vigne
À l’export, le label bio européen est reconnu dans la plupart des pays importateurs de vin avec toutefois quelques subtilités.
« La terre est notre futur métier », une journée de découverte de la bio dans les écoles d'agriculture bretonnes
Portail réussir
Tous les ans, la Fédération de l’agriculture bio de Bretagne (Frab) organise en octobre une journée « La terre est notre futur…
Thierry Julien, président de France Vin Bio : "Il ne faut pas accepter de brader nos vins"
Vigne
A la tête de France Vin Bio, l’association nationale interprofessionnelle des vins bio, Thierry Julien considère que la…
Quatre questions sur la réglementation bio européenne
Vigne
Dans la communication, l'utilisation conjointe du logo AB et de l’eurofeuille laisse planer un doute sur l’existence d’une…
La conversion à la viticulture biologique doit s'anticiper sur tous les plans
Vigne
La conversion au bio est plus ou moins facile et coûteuse en fonction des exploitations. Le passage à l’agriculture biologique…
Être ou ne pas être en bio
Vigne
Indéniablement, le dynamisme du marché bio attire. Si sa croissance semble durable, elle s'appuie sur des piliers économiques qui…
Publicité