Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Gilles Renart, la cheville ouvrière du bio chez Axéréal

Gilles Renart, directeur d’Axéréal Bio.
© Axéréal

C’est par le terrain que Gilles Renart, directeur d’Axéréal Bio, a abordé le secteur. Ingénieur agronome de formation, il s’est installé peu après sa sortie d’école dans les Pyrénées pour y transformer des plantes aromatiques bio, avant d’animer un groupement de producteurs bio puis de s’investir dans l’interprofession régionale à la fin des années 90. Ce parcours l’a mené en 2002 chez Agralys Bio devenu Axéréal Bio. Le professionnel a structuré ce centre de profit, passant d’une approche technique à une logique économique. Le groupe a largement grossi. Il compte désormais 500 adhérents sur 25 départements pour une collecte de 40 000 tonnes par an contre une cinquantaine d’adhérents sur cinq départements et 5 000 tonnes de collecte en 2002. « Nous étions une filière un peu marginale et indépendante, constate Gilles Renart. Ce n’est plus le cas. » D’autant plus que depuis un an, « nous sommes rattachés au cœur d’activité de la coop », souligne le responsable. Gilles Renart y voit plusieurs atouts, dont la capacité à changer d’échelle. « Avec 350 silos dans le groupe, si demain on nous dit qu’il faut passer de 2 ou 3 % de bio à 15 ou 20 %, c’est envisageable », signale-t-il. Reste à bien gérer cette évolution. Pour le directeur d'Axéréal Bio, l’enjeu va consister à conserver les particularités du bio, ses exigences en matière d’analyses et de traçabilité, notamment. L’éprouvante année 2016 a laissé des traces dans le groupe céréalier, qui est à la recherche de modèles de production plus résilients. Le bio a des réponses… Mais il faudra encore un peu de temps pour changer des habitudes bien ancrées.

Les plus lus

Le label bio s’exporte
Vigne
À l’export, le label bio européen est reconnu dans la plupart des pays importateurs de vin avec toutefois quelques subtilités.
Lemken France investit dans Steketee
Machinisme
Lemken France investit pour soutenir son réseau dans la distribution de la marque Steketee. 
Thierry Julien, président de France Vin Bio : "Il ne faut pas accepter de brader nos vins"
Vigne
A la tête de France Vin Bio, l’association nationale interprofessionnelle des vins bio, Thierry Julien considère que la…
Quatre questions sur la réglementation bio européenne
Vigne
Dans la communication, l'utilisation conjointe du logo AB et de l’eurofeuille laisse planer un doute sur l’existence d’une…
La conversion à la viticulture biologique doit s'anticiper sur tous les plans
Vigne
La conversion au bio est plus ou moins facile et coûteuse en fonction des exploitations. Le passage à l’agriculture biologique…
Être ou ne pas être en bio
Vigne
Indéniablement, le dynamisme du marché bio attire. Si sa croissance semble durable, elle s'appuie sur des piliers économiques qui…
Publicité