Aller au contenu principal

Franck Bluteau, référent bio de la Cavac

Franck Bluteau, agriculteur à Jard-sur-Mer en Vendée, président du groupement bio de la Cavac
© DR

Adhérent et élu de la coopérative vendéenne Cavac depuis de nombreuses années, Franck Bluteau a choisi de convertir son exploitation en Gaec à l’agriculture biologique à l’aube de sa quarantième année, en 2009. « Avec mes trois associés, nous sommes d’abord allés visiter les exploitations d’autres agriculteurs bio. Nous voulions voir ce que d’autres étaient capables de faire. On ne prenait pas trop de risque à aller voir », se souvient-il. Les trois visites d’exploitations auront fini de les convaincre. Les trois associés convertissent alors leurs 120 hectares de cultures en bio. Aujourd’hui, l’exploitation s’étend sur 250 hectares. « Nous avons installé un système d’irrigation afin de pallier les produits phyto et on compense ainsi le manque d’eau. Et notre assolement nous permet de réaliser des cultures de printemps. Le blé est une culture compliquée qui a un cycle long. Nous avons mis des céréales à paille sur un quart de l’exploitation, le reste se sont plutôt des cultures de printemps pour l’alimentation animale par exemple, comme le maïs », explique Franck Bluteau. Il produit de la luzerne, des légumes, des lentilles ou encore des haricots verts, des cultures au cycle court. Il a complété son exploitation avec un atelier d’engraissement de porcs bio, en cohérence avec ses cultures. Le groupement bio de la Cavac regroupe désormais 500 agriculteurs. « Ils sont tous sous contrat avec la coopérative et sont assurés d’un débouché et d’un prix pour la majorité de leurs cultures. Mais notre message est de rester les pieds sur terre », insiste Franck Bluteau, « les prix du bio peuvent en faire rêver plus d’un mais nous voulons construire une filière durable. Nous y allons par étape. La Cavac signe des contrats à huit ans pour le porc et à cinq ans pour les cultures. Donc la coopérative s’engage progressivement, car il y a toujours la crainte que le marché s’affaiblisse. » Depuis qu’il s’est installé en agriculture biologique, il est très engagé. Il est notamment devenu président du groupement bio de la Cavac il y a quatre ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bio.

Les plus lus

Farmerwashing
Des faux agriculteurs sur les emballages : l'art du farmerwashing en bio
Des marques « trichent » sur leur image bio en mettant en avant des photos de prétendus agriculteurs sur leurs emballages, a…
Agriculture bio : l’Inrae prépare le changement d’échelle
La bio peut-elle devenir majoritaire en 2030 ? C’est une question que se pose l’Inrae. L’Institut de recherche mène actuellement…
[Tech&Bio 2021] Passerelles entre agriculture bio et conventionnelle : l'expérience de la coopération
Dans le cadre du salon Tech & Bio et à l’occasion du lancement d’un recueil d’initiatives coopératives,  la coopération a…
Ethiquable ouvre sa première usine de chocolat en France
Les Marches
Ethiquable poursuit son développement avec l’ouverture à Fleurance d’une chocolaterie bio et équitable, dotée d’une capacité de…
Sucre équitable : ventes en légère baisse mais primes stables
Les Marches
Les cours mondiaux du sucre (brut et blanc) ont toujours été très volatils avec des prix souvent inférieurs aux coûts de…
« Nous utilisons la herse étrille pour détruire lamiers et gaillets jusqu’au stade gonflement du blé »
Grandes Cultures
Marcel Estienne et sa fille Caroline, en bio à Saint-Jean-sur-Moivre dans la Marne, interviennent une à deux fois sur blé avec la…
Publicité