Aller au contenu principal

Circuits courts
Bienvenue à la ferme veut ouvrir 100 magasins d’ici à 2025

Après l’ouverture de trois magasins pilotes, le réseau Bienvenue à la ferme lance la société, Fermes and Co, tête de réseau de magasins sous enseigne à la marque du réseau. Les ambitions sont fortes.

Magasin Bienvenue à la ferme
Brice et Céline Marsollier, maraîchers et horticulteurs et leurs associés Florence et Emmanuel Doisneau, producteurs de porcs, ont ouvert un magasin Bienvenue à la ferme à Craon en Mayenne.
© Bienvenue à la ferme

« On veut avoir le premier réseau organisé de magasins en circuit court en France », annonce Sébastien Windsor, président des Chambres d’agriculture. Un réseau d’affiliés porté par la marque Bienvenue à la ferme, connue d’un Français sur deux, et qui rassemble aujourd’hui 8000 agriculteurs adhérents. Aujourd’hui le réseau compte trois magasins pilote : à Craon (Mayenne), Ménilles (Eure) et Lantic (dans les Côtes d’Armor).
 

Dix projets sont dans les tuyaux

« Dix projets sont dans les tuyaux », confie Patricia Sijilmassi, experte en distribution, recrutée en 2019 par les Chambres d’agriculture pour développer ce projet et à la tête de la société Fermes and Co chargée de développer et animer le réseau. « Notre ambition : 100 magasins d’ici 2025 » poursuit-elle.

L’idée n’est pas nouvelle au sein des Chambres d’agriculture. Elle a émergé à la suite d’un voyage en Angleterre en 2011 à la découverte du réseau de magasins Farm Shop en Angleterre. « Au congrès du Havre en 2012 on a décidé de sortie la marque Bienvenue à la ferme de la cour de ferme, avec l’objectif d’ouvrir un magasin par département », rappelle Jean-Marie Lenfant, président délégué de Bienvenue à la ferme et président de Fermes and Co.

« Puis ça a été un peu compliqué. Dans les magasins de circuit court le vrai héros c’est l’agriculteur », poursuit-il. Un premier magasin Partenaire Bienvenue à la ferme ouvre en 2015 sur 300 m2 près de Caen. En 2019 deux magasins pilotes sous l’enseigne Bienvenue à la ferme ouvrent à Ménilles et Lantic, puis un troisième en 2021 à Craon. La crise de la Covid-19 qui a accéléré l’engouement des Français pour les circuits courts a incité les Chambres d’agricultures à passer à la vitesse supérieure.

Une tête de réseau financièrement solide

« On veut rendre accessible les produits fermiers aux consommateurs avec une offre globale au plus près des consommateurs », explique Jean-Marie Lenfant. Et pour les producteurs : « apporter des débouchés durables en s’appuyant sur la marque connue et reconnue Bienvenue à la ferme ». La marque était jusque-là positionnée sur la labellisation de magasins de vente à la ferme ou de producteurs, de marchés de producteurs ou encore de drives fermiers.

Pour ce faire, société Fermes and Co a été créée. Elle est dotée d’un capital de 752 000 euros. Ses actionnaires : l’APCA (34,8%), Normandie Seine Participation (19,94%), Crédit Agricole Bretagne Participations (12,89%), Banque Populaire Grand Ouest (11,5%), Banque Populaire Val de France (11,5%), Fondation Avril (9,3%).
 

Accompagnement des agriculteurs

Cette société a pour mission d’accompagner les agriculteurs dans la création de magasin à toutes les étapes du projet (de l’étude préalable à la communication de lancement en passant par le choix du local commercial et le sourcing). Puis d’appuyer leur développement à travers un suivi commercial ou encore la logistique. Le cahier des charges de ces magasins affiliés s’articule autour de quatre axes : une offre variée et complète favorisant les circuits courts, le respect de la saisonnalité des produits, la préférence pour la proximité et au moins 50% de produits de producteurs du réseau Bienvenue à la ferme.
 

Quels profils d’agriculteurs derrière les trois premiers magasins ?

Ménilles Bienvenue à la ferme
Michel Marchand, fils d’agriculteurs, a créé en 2012 son magasin.

Jean-Jacques Mottais et Pierre-Jean Mellin ont ouvert le magasin Bienvenue à la ferme à Lantic (Côte d’Armor) en 2017. Bœuf, porc, volailles, canards et agneaux élevés à la ferme y sont commercialisés. En 2019 le magasin passe sous enseigne Bienvenue à la ferme avec pour objectif de s’agrandir.

Après avoir travaillé plus de 20 ans dans un groupe international, Michel Marchand, fils d’agriculteurs et de formation agricole, a créé en 2012 son magasin Saveurs de Normandie à Ménilles qui passe en 2019 sous enseigne Bienvenue à la ferme.

Pour Brice et Céline Marsollier, maraîchers et horticulteurs à Renazé, adhérents du réseau Bienvenue à la ferme, et leurs associés Florence et Emmanuel Doisneau, producteurs de porcs à Pommerieux, l’ouverture du magasin Bienvenue à la ferme à Craon cette année est la concrétisation de deux ans de réflexion. Le magasin compte 4 salariés, sur 220 m2 de surface, avec 1200 références produits provenant de 95 producteurs.

 

 

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
méthaniseur agricole
Energies renouvelables : revalorisation du tarif d’achat du biométhane
Afin d’accroître la production de biométhane en France, le gouvernement publie deux textes visant à revaloriser le tarif d’achat…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
estives Lozère sécheresse
Sécheresse – décapitalisation : « coopératives et négociants voient arriver beaucoup d’animaux depuis deux semaines »
La présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère exprime sa crainte de voir la décapitalisation des bovins viande s’amplifier…
Publicité