Aller au contenu principal
Font Size

Classement BBFAW
Bien-être animal - Des entreprises françaises « en bonne place » mais qui peuvent encore progresser

Les résultats 2019 du classement BBFAW sur la prise en compte du bien-être animal dans les entreprises ont été publiés le 2 avril. La première entreprise française de ce classement est au niveau 2, les dernières au niveau 5 sur 6. Aucune entreprise de l’Hexagone ne gravit la première marche.

Danone est la seule entreprise française au niveau 2 du classement BBFAW, qui évalue la politique de bien-être animal de 150 entreprises agroalimentaires mondiales.
© Danone

Chaque année le classement BBFAW (Business benchmark on farm animal welfare) évalue la politique de bien-être animal de 150 entreprises agroalimentaires mondiales. Le classement 2019 a été publié le 2 avril. Aucune entreprise française n'atteint le niveau 1 et « le Royaume-Uni a une position claire de leadership », affirme le BBFAW. Cependant, « les entreprises françaises sont en bonne place », indique Agra. Danone est en tête des entreprises françaises citées et « et le seul Français au niveau 2 sur 6 », précise l’agence de presse, niveau qui distingue le « bien-être intégré dans la stratégie d'entreprise ».

De nombreux représentants Français sont au stade 3, stade où la politique de bien-être animal est « établie » mais avec « encore du travail à faire ». Figurent dans cette catégorie des entreprises de l’amont (LDC, Terrena) aussi bien que de l'aval (Casino, Les Mousquetaires, Metro, Sodexo). Le niveau 4 regroupe les entreprises qui réalisent des « progrès dans la prise en compte du bien-être animal » (Auchan, Carrefour, Système U, Cooperl). Au niveau 5, celui des « engagements affichés mais preuves limitées d'application », se trouvent les entreprises en queue du peloton français (Leclerc, Lactalis).

Le rapport précise que « 60% des plus grandes entreprises de l’agroalimentaire mondiales disposent (…) de politiques dédiées » au bien-être animal. « Il reste encore beaucoup à faire, mais il semble y avoir à la fois un appétit et une volonté de changement dans l’agroalimentaire », a réagi le CIWF ( ONG internationale pour une agriculture et une alimentation justes et durables, pour le bien-être des animaux d’élevage, les humains et la planète) dans un communiqué du 2 avril.

Les plus lus

Moisson record : avec 173,98 q/ha un néo-zélandais bat le record de rendement en blé
Eric Watson, agriculteur néo-zélandais d’Ashburton, bat pour la deuxième fois consécutive le record du rendement en blé avec une…
Louis Bodin
[VIDEO] Quand le Mr. Météo TF1, Louis Bodin, conduit une moissonneuse-batteuse !
Le groupe agricole Noriap des Hauts-de-France et Seine-Maritime invite Louis Bodin, ingénieur-prévisionniste-météorologue, à…
Qui est Julien Denormandie nouveau ministre de l'Agriculture ?
Le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a annoncé, le 6 juillet, la nomination de Julien Denormandie au poste de…
Julie Bléron, référente agricole de gendarmerie
Dans l’Orne, la gendarmerie a une spécialiste du monde agricole
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie. Sa mission est de recréer un lien entre la gendarmerie et l’agriculture. Avec…
Urine
Le pipi des Parisiens au service de l’agriculture
Comment réduire l’utilisation des engrais chimiques dont l’usage contribue au changement climatique et menace les milieux…
Joseph Boussion & Hugo Clément
Loup abattu - le berger Joseph Boussion recadre Hugo Clément : la vidéo vue plus d’un million de fois
Dimanche 5 juillet, un loup est abattu au col du Lautaret, en Hautes-Alpes. Cet abattage légal est-il normal ? Entre indignation…
Publicité