Aller au contenu principal

Antenne 4G et nuisances en Haute-Loire : vers une annulation de la suspension provisoire

  Le 10 août, devant le Conseil d’Etat, le rapporteur public a rendu ses conclusions concernant la suspension temporaire d’une antenne 4G en Haute-Loire, prononcée le 23 mai. Il a invité la haute juridiction administrative à annuler cette décision. Motif : une erreur de droit. La question des nuisances sur les vaches laitières du Gaec de Coupet se pose toujours. Les opérateurs de réseau mobile contestent les bases scientifiques de l’arrêt provisoire.

Le Conseil d’Etat pourrait annuler la suspension provisoire d’une antenne relais soupçonnée d’être à l’origine de la mort d’une quarantaine de vaches en Haute-Loire.
© Gabriel Porras / flickr

Saisi en référé conservatoire, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand avait ordonné, le 23 mai 2022, la suspension pour deux mois d’une antenne relais soupçonnée d'être responsable de la mort d'une quarantaine de vaches laitières au Gaec de Coupet, à Mazeyrat d'Allier en Haute-Loire. L’ordonnance précisait que l’arrêt provisoire devait être assorti du suivi par un expert judiciaire du comportement du cheptel.

 

Le jugement est aujourd’hui remis en question. Dans ses conclusions rendues le 10 août devant le Conseil d'Etat, le rapporteur public a invité la plus haute juridiction administrative à annuler cette décision de suspension temporaire de l’antenne 4G.

Une erreur de procédure

Les quatre opérateurs de réseau mobile (Orange, Bouygues Télécom, Free et SFR) contestent les bases scientifiques de cette suspension mais ce n’est pas sur la réalité des nuisances que le rapporteur public s’est étendu devant le Conseil d’Etat. Il a principalement invoqué une erreur de droit pour recommander l'annulation de l'ordonnance du tribunal. En effet, les conditions requises pour lancer une procédure de référé conservatoire, qui permet de suspendre une mesure administrative avant même d'avoir obtenu la réponse du ministère, sont très strictes et n'étaient pas remplies, selon le rapporteur. En substance, l'éleveur aurait dû attendre une réponse de la préfecture à ses demandes, et lancer si elle était négative, un autre type de procédure d'urgence appelé référé-suspension.

 

Les plus lus

Florian Delmas, président d'Andros
Notre système agricole et agroalimentaire français fait faillite, « et nous regardons ailleurs »
Florian Delmas, 37 ans, président d’Andros, signe une tribune cash sur ce qu’il pointe comme les dérives du système agricole et…
Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
Pierre Rouault (Union centriste), Laurent Duplomb (LR) et Serge Mérillou (socialiste) trois sénateurs dans une exploitation agricole.
La Ferme France recule : constat alarmant et solutions du Sénat
Un rapport sénatorial transpartisan appelle à mettre en place un plan d’urgence pour redresser la compétitivité de l’agriculture…
méthaniseur agricole
Energies renouvelables : revalorisation du tarif d’achat du biométhane
Afin d’accroître la production de biométhane en France, le gouvernement publie deux textes visant à revaloriser le tarif d’achat…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Publicité