Aller au contenu principal

Agrivoltaïsme : « évitons le massacre ! », s’emporte Hervé Morin

Le président de la région Normandie s’oppose publiquement à tout projet d’agrivoltaïsme dans sa région, dans une tribune publiée par Le Point.

Projet agrivoltaïque en Haute-Saône.
© Hélène Challier

« L'agrivoltaïsme fait partie des nouvelles absurdités de la politique française en matière énergétique », écrit Hervé Morin président de la région Normandie dans une Tribune publiée le 11 novembre sur Le Point.

Voir la réponse du coprésident de France Agrivoltaïsme : « Hervé Morin n’a pas bien compris le dossier de l’agrivoltaïsme »

« Oui, l'agrivoltaïsme peut avoir sa place sur certaines cultures – le maraîchage, par exemple – et dans certaines régions, mais évitons le massacre irrémédiable vers lequel nous nous dirigeons au nom de l'urgence énergétique, comme si nous étions en panique au point de faire n'importe quoi », poursuit le président de région.

Voir tous nos articles sur l'agrivoltaïsme 

« Dans une vision totalement irresponsable et au nom de l'urgence énergétique de notre pays – qui est la conséquence de l'abandon du nucléaire pendant deux quinquennats pour s'offrir Nicolas Hulot et quelques voix écolos – la France va couvrir nos espaces agricoles et nos pâturages de panneaux photovoltaïques fabriqués en Chine », dénonce encore Hervé Morin.

La France va couvrir nos espaces agricoles et nos pâturages de panneaux photovoltaïques fabriqués en Chine

Selon lui, « les zones agricoles au potentiel de culture plus faible que les plaines de Caen ou du pays de Caux », comme les terres d'élevage du nord de la France, vont devenir les champs de jeu de la puissante industrie de l'énergie. « Au lieu d'avoir des vaches ou des moutons, nous aurons des panneaux dont, d'ailleurs, le bilan carbone est plus que discutable ! », lâche-t-il.

Lire aussi : Agrivoltaïsme : quelles perspectives de développement au bénéfice de l’agriculture ?

« 4000 euros l'hectare de redevance en Normandie »

« Pourquoi un agriculteur continuerait-il à s'épuiser à faire du lait ou de la viande alors qu'on lui propose des sommes faramineuses pour couvrir ses champs de panneaux ? On parle de 4 000 euros l'hectare de redevance en Normandie, auxquels s'ajoutent des primes importantes à l'installation. Personne ne résistera à de telles propositions ! », s’emporte-t-il.

Pourquoi un agriculteur continuerait-il à s'épuiser à faire du lait ou de la viande !

Le président de la Région Normandie ne veut pas croire aux garde-fous introduits par la loi AER. « Qu'on ne nous raconte pas qu'il suffira d'imposer des cahiers des charges très rigoureux pour maintenir des productions agricoles. Qui peut imaginer un seul instant que, constatant l'absence réelle de cultures sous des panneaux photovoltaïques, on imposera à un agriculteur de reprendre l'élevage ou de prévoir l'enlèvement desdits panneaux ? », écrit-il.

Lire aussi : Méthanisation : pourquoi Hervé Morin suspend toute instruction de dossier de financement en Normandie ?

« Il y a suffisamment de toitures, de bâtiments industriels, de surfaces commerciales et de parkings pour installer ces panneaux sans massacrer des pans entiers de notre agriculture, sans défigurer nos paysages, notre France ! De grâce, commençons par les zones déjà artificialisées plutôt qu'aller vers des solutions de facilité ». Ainsi conclut-il sa tribune.

Selon France Bleu, alors qu’un décret d'application de la loi AER doit être publié d'ici la fin d'année, le président de Région fait savoir qu'il s'opposera à tout projet en Normandie.

Lire aussi : Photovoltaïque : nouvelle mouture du projet de décret relatif à l’implantation sur des terres incultes

Les plus lus

Paysage agricole
Quel prix des terres agricoles en 2023 ?

Après deux années de progression, le marché foncier agricole s’est stabilisé en 2023 avec des surfaces en baisse mais une…

Terres agricoles et bâtiments d’élevage en Bretagne
Comment évolue le prix des terres agricoles en Bretagne ?

Le prix moyen des terres agricoles en Bretagne reste assez stable en 2023. Une stabilité à laquelle participe la Safer…

Homme votant pour les élections européennes
Elections européennes : pour qui les agriculteurs vont-ils voter ?

Une enquête réalisée par le Cevipof et l’Agro Toulouse avec le groupe Réussir éclaire sur les intentions de vote des…

Parlement européen
Résultats aux élections européennes : quelles conséquences pour l’agriculture ?

Les résultats des élections européennes en France et dans les autres pays européens sont tombés. Quel impact pour les…

Moisson d'orge dans l'Hérault
Moisson 2024 : le top départ est lancé

La récolte 2024 de céréales a démarré le week-end dernier avec quelques jours de retard par rapport à la moisson 2023. Alors…

Jean-Marc Jancovici, président du Shift Project, devant un paysage rural.
Décarbonation : « L’agriculture est le secteur le plus complexe qu’on ait eu à regarder » reconnait Jean-Marc Jancovici qui en appelle aux agriculteurs

L’agriculture doit répondre à trois défis : produire beaucoup, produire pas cher tout en respectant l’environnement. Une…

Publicité