Aller au contenu principal

Renouvellement des actifs agricoles
53 % des exploitants devraient quitter l’agriculture d’ici 2030 et un risque de démantèlement pour les exploitations méridionales selon une étude

Lors du colloque de la Sfer qui s’est tenu les 6 et 7 juin derniers, une étude du CNRS et de l’université de Caen Normandie a été présentée. Elle traite du renouvellement des actifs agricoles en France selon les formes d’organisation du travail.

étude renouvellement actifs agricoles
© Gabriel Omnès

Cette étude intitulée « Formes d’organisation du travail et renouvellement des actifs agricoles en France métropolitaine. Une lecture géographique à partir du Recensement agricole 2020. » note que le travail repose de moins en moins sur la seule cellule familiale. L’objectif de cette étude est de faire le point sur la diversité des collectifs de travail dans laquelle se posera d’ici 2030 la question du renouvellement d’exploitants. Elle explique que les exploitants et co-exploitants devant partir à la retraite d’ici 2023 ont été identifiés, à partir de données du Recensement agricole 2020, comme ceux relevant de la classe d’âge des 52-62 ans, sous l’hypothèse d’un départ théorique à la retraite à 62 ans

Lire aussi : 19 mesures pour renouveler les générations en agriculture proposées par le gouvernement

 

53 % des exploitants devraient quitter l’agriculture d’ici 2030

L’étude souligne qu’en 2020, ces derniers étaient environ 180 000, soit 36,4 % du total des exploitants et co-exploitants. A cette classe d’âge des 52-62 ans s’ajoute également celle des 62 ans et plus, comptant environ 83 000 exploitants et co-exploitants (16 % du total) dont une partie est déjà à la retraite et n’est plus qu’exploitants à titre secondaire. « Au final, c’est 53 % de la population des exploitants et co-exploitants qui est susceptible de quitter en théorie l’agriculture d’ici 2030 – même si certains exploitants actuels appartenant à la classe d’âge des 52-62 ans prolongeront sans doute leur activité à titre secondaire, à l’image de leurs ainés » explique l’étude.

Lire aussi : Renouvellement des générations : quels défis attendent les éleveurs de bovins viande de demain ?

 

Des collectifs de travail très variés

Elle souligne que les collectifs de travail dans lesquels interviendront des départs à la retraite d’exploitants d’ici 2030 sont de plus en plus variés et complexes en France métropolitaine. Il en ressort des problématiques de renouvellement des exploitants différentes : reprise d’entreprise individuelle, renouvellement d’associés, recours au salariat, externalisation de tout ou partie de travail… L’étude a établi une typologie des cantons selon les formes de collectif de travail dans les exploitations ayant des exploitants âgés de 52 ans et plus en 2020 en France métropolitaine.

 

 

La partie méridionale de la France marquée par une surreprésentation des exploitations individuelles

Un fait marquant est à mettre en avant : la partie méridionale du territoire, à l’exception d’une grande partie du massif central et des Alpes, est marquée par une surreprésentation des exploitations individuelles à temps complet et à temps partiel dans les  cessions d’activité à venir d’ici 2023. Le renouvellement des exploitations passe donc ici par des transmissions d'entreprise sans salarié. « Au regard des difficultés de renouvellement de ces structures individuelles, ce type régional apparait comme particulièrement vulnérable en termes de renouvellement agricole d’ici 2030. Le risque est grand de voir ces exploitations individuelles partir à l’agrandissement, dans la continuité de ce que l’on a observé ces deux dernières décennies pour ce type d’exploitations dans ces régions » affirme l’étude.

A voir aussi : tous nos articles sur la transmission

Les plus lus

Paysage agricole
Quel prix des terres agricoles en 2023 ?

Après deux années de progression, le marché foncier agricole s’est stabilisé en 2023 avec des surfaces en baisse mais une…

Terres agricoles et bâtiments d’élevage en Bretagne
Comment évolue le prix des terres agricoles en Bretagne ?

Le prix moyen des terres agricoles en Bretagne reste assez stable en 2023. Une stabilité à laquelle participe la Safer…

Homme votant pour les élections européennes
Elections européennes : pour qui les agriculteurs vont-ils voter ?

Une enquête réalisée par le Cevipof et l’Agro Toulouse avec le groupe Réussir éclaire sur les intentions de vote des…

Parlement européen
Résultats aux élections européennes : quelles conséquences pour l’agriculture ?

Les résultats des élections européennes en France et dans les autres pays européens sont tombés. Quel impact pour les…

  Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, devant son troupeau de montbéliardes.
Confidences d’Arnaud Gaillot au terme d’un mandat intense à la tête des Jeunes agriculteurs

Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, a accepté de nous recevoir plus de deux heures sur son exploitation…

projet 270 000 désert algérie
270 000 vaches en plein désert : le projet fou qatari pour produire du lait en Algérie

L’Algérie vient de signer avec le Qatar un accord pour l’implantation d’une ferme gigantesque qui accueillera 270 000…

Publicité