Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Covid-19] 160 000 candidats pour prêter main forte au secteur agricole

En raison de la crise du coronavirus, la main d’œuvre manque dans les exploitations agricoles cette année. Les besoins en emploi saisonnier sont pourtant très importants. Le gouvernement a lancé un appel à ceux qui n’ont momentanément plus d’activité. 160 000 postulants sont inscrits sur la plateforme numérique créée pour l’occasion.

© Dick Schuitemaker / flickr

Afin d’inciter les salariés et indépendants à rejoindre temporairement la filière agricole, le gouvernement a pris une décision concernant l’emploi saisonnier pendant la période de confinement. A crise exceptionnelle, mesure exceptionnelle : il sera possible de cumuler activité partielle et emploi agricole.

Lire « [Coronavirus Covid-19], Cumuler activité partielle et emploi agricole »

Raison de plus pour répondre à l’appel lancé le 24 mars par le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation. Tous ceux qui n’ont plus d’activité et qui seraient volontaires sont invités à venir prêter main forte dans les exploitations agricoles en manque de saisonniers. 

Lire « Le ministre de l’Agriculture appelle ceux qui n’ont plus d’activité à rejoindre les rangs de l’agriculture »

L’opération « Des bras pour vos assiettes » est lancée avec une plateforme numérique pour mettre en relation demandeurs et main d’œuvre potentielle.

Et c'est une réussite.

« Face à la vague, WiziFarm a dû faire appel à une dizaine de personnes supplémentaires, soit un quasi-doublement de ses effectifs, pour gérer l’afflux de candidatures, » rapporte Le Monde. « La majorité des postulants sont des salariés confrontés à un arrêt de leur activité », précise le journal. Des retraités proposent également leurs services mais il leur est conseillé de ne pas rejoindre les troupes.

Le 27 mars, sur Twitter, la plateforme annonçait 160 000 inscrits.

 Les appels à bonne volonté se poursuivent. Comme en Ile-de France, ce 30 mars.

Sur France Info, Samuel Vandaele, président des Jeunes Agriculteurs assure qu’il n’est pas besoin de compétences particulières. « On va les former », affirme-t-il. Les besoins sont urgents pour la récolte des fraises et des asperges mais beaucoup d'autres fruits et légumes vont être concernés. Des protocoles sont prévus pour pouvoir travailler en évitant la propagation du virus sur l’exploitation. Et du matériel sera fourni : gants, gel hydroalcoolique, et « masques, s’il y en a de disponibles », précise le président du syndicat.

Samuel Vandaele nourrit également l’espoir que cette expérience inédite pourrait être un moment pour « expliquer ce que l’on fait, comment on le fait ». Et en retour, ce pourrait-être aussi l’occasion de savoir « comment ont vécu les gens qui travaillaient sur nos exploitations ». Le coronavirus ne mettra pas de barrières à la communication.

Les plus lus

jean baptiste moreau agriculture député LREM agriculture macron
Jean-Baptiste Moreau, député : "Le localisme ne sauvera pas l’agriculture française"
Dans une tribune publiée sur le site du journal L’Opinion, le député accuse la grande distribution de ne pas avoir joué le jeu…
[Coronavirus] Le Space n’aura pas lieu en 2020 – Le salon des productions animales annulé en raison de la crise
C’est un coup dur pour les organisateurs du salon et l’ensemble de la profession agricole : le Space, Salon international des…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
Publicité