Aller au contenu principal

Yannick Jadot et Julien Denormandie débattent de la betterave et des néonicotinoïdes sur Twitter

Pour l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot, les néonicotinoïdes font partie de la « fuite en avant » proposée aujourd’hui aux betteraviers. Pour lui, il faut adopter « un autre système » et le modèle bio en est un, qui permet notamment aux betteraves d’être moins attaquées par la jaunisse. Faux, répond le ministre de l’Agriculture.

Yannick Jadot, sur une exploitation produisant des betteraves bio, à Vimy dans le Pas-de-Calais, le 30 septembre 2020.
© EELV Hauts de France (capture Twitter)

Yannick Jadot, député écologiste européen (EELV), était en visite mercredi 30 septembre à Vimy dans le Pas-de-Calais, sur une exploitation agricole en production bio. Au menu du jour, les betteraves, avec en toile de fond, l’épineux sujet de la dérogation des néonicotinoïdes.

Lire aussi « A Vimy (62), Yannick Jadot monte au créneau contre les néonicotinoïdes » dans Terres et Territoires.

Interrogé par la journaliste Ventura Alba, dans l’émission RTL matin, l'eurodéputé a réaffirmé qu’il fallait « absolument s’en passer ». Et allant à l’encontre de la majorité des professionnels de la filière, il estime que la dérogation envisagée pour l’utilisation des néonicotinoïdes sur betteraves est « absurde du point de vue économique de la filière des betteraves ». Selon lui, « on coince les producteurs dans une course aux rendements », qui se résume en « plus de pesticides, moins de revenus, et finalement la fermeture des usines ». Dans le marché mondial « nous voulons être compétitifs face aux Brésiliens, aux Indiens. C’est une aberration, » estime-t-il. Et de s’adresser au Gouvernement pour l’inviter à « accompagner les betteraviers dans un autre système de production qui préserve leurs revenus et qui préserve l’environnement ».

Pour l’eurodéputé faut, la solution peut venir de la filière bio. Elle ne représente que 0,5 % du marché aujourd’hui alors « aidons-là à se développer », propose-t-il. Et d’affirmer, concernant la jaunisse qui touche les betteraves et affecte les rendements, que « les cultures bio sont moins attaquées » et qu’il y a même « des betteraviers qui n’ont pas de pucerons ».

Lire aussi notre dossier : comment se passer de néonicotinoïdes ?

« Faux ! » - La réponse du ministre de l'Agriculture

La réponse du Gouvernement est arrivée par Tweet interposé, en la personne du ministre de l’Agriculture, Julien de Normandie. « Faux ! », s’exclame-t-il. Il n’y a pour le moment pas d’alternative aux traitements des betteraves avec les néonicotinoïdes pour lutter contre la jaunisse et « le bio est touché ». La recherche d’alternatives à ces traitements phytosanitaires est en cours mais cela prend du temps. « Nous allons mettre 7 millions d’euros pour accélérer massivement la recherche d’alternatives en France, » promet le ministre.

Lire aussi « Néonicotinoïdes : Christiane Lambert tacle Yannick Jadot aux rencontres du Medef »

 

 

Les plus lus

[Mise à jour] Annulation du salon de l'agriculture 2021 : une décision sera prise avant mi-octobre
Le Salon de l'agriculture de Paris est censé se tenir du 27 février au 07 mars 2021. Interrogé par Agra Presse, son président…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Julien Denormandie masque gouvernement agriculture
[INTERVIEW] RIP, viande végétale, PAC, retenues d'eau : le ministre de l'Agriculture prend position
Pour le ministre de l'Agriculture, les zones intermédiaires sont « un sujet de préoccupation majeur ». Recevant Agra Presse et la…
Un blé à plus de 200 €/t : des signaux positifs sur le marché des céréales
Le blé a franchi le cap des 200 €t rendue Rouen. Autre signal positif : le blé français gagne en compétitivité face à l’origine…
gendarmerie
Un éleveur verbalisé 135 € par la gendarmerie pour le transport de cinq veaux dans un utilitaire
Le fait-divers remonte au vendredi 9 octobre. Un éleveur rentre d’une foire aux bestiaux en Meurthe-et-Moselle. A bord de son…
Le salon de l'agriculture 2021 est annulé
La décision était attendue avec la crise du coronavirus. L’édition 2021 du Salon international de l’agriculture de Paris est…
Publicité