Aller au contenu principal
Font Size

Welfarm lance l’application TRUCKalert

Bien-être animal : Welfarm veut inciter tous les Français à devenir lanceurs d’alerte cet été. Grâce à une application nommée TRUCKalert, l’association Welfarm, qui milite pour le bien-être animal dans les fermes, veut encourager tous les Français à signaler les souffrances des animaux d’élevage. Elle évoque notamment ceux qui seraient transportés dans les bétaillères à plus de 30°C, durant l’été.

"Stop aux transports d'animaux"
© Welfarm

« Quand on pense à la souffrance des animaux d’élevage, on pense aux abattoirs ou aux élevages intensifs, mais les entasser durant des heures dans des camions et les transporter sous un soleil de plomb est une forme de maltraitance à part entière, » explique Adeline Colonat, chargée de la campagne Transports à WELFARM. TRUCKalert est la première application permettant aux français de signaler et garder un œil ouvert sur les bétaillères circulant sous plus de 30°C. 

Signalez sur l’application TRUCKalert

A partir du vendredi 3 juillet, l’application TRUCKalert est disponible sur l’App Store et GooglePlay. Le fonctionnement est simple. Dès lors que les températures extérieures de sa région dépassent les 30°C, annoncé par Météo France, l’utilisateur reçoit une alerte sur son téléphone. S’il rencontre une bétaillère chargée d’animaux, il faut simplement ouvrir l’application et cliquer sur « Je signale un camion ». L’alerte est lancée. Le téléphone est géolocalisé, la température extérieure et l’heure exactes sont enregistrées et envoyées à l’association Welfarm. « Tout l’été, nous allons collecter ces données. Chaque signalement témoignera de dizaines d’animaux souffrant de la chaleur dans les camions », explique Adeline Colonat. L’objectif de l’application est de rendre visible au gouvernement les conditions de transport des animaux en période de fortes chaleurs. « C’est pour cela que Welfarm a créé l’application TRUCKalert. Pour qu’enfin cette souffrance silencieuse soit entendue », insiste-t-elle.

Welfarm contraint le ministère de l’Agriculture à suspendre les transports d’animaux au-delà de 30°C

« Grâce à tous ces lanceurs d’alerte, nous montrerons à quel point les mesures prises par le gouvernement pour protéger les animaux durant la canicule sont inefficaces », déclare Adeline Colonat. Le 22 juillet 2019, Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, a déposé un arrêté restreignant le transport des animaux en périodes de canicule. L’arrêté, qui est toujours d’actualité dans l’été 2020, consiste à interdire la circulation des transporteurs d’animaux entre 13h et 18h dans les départements classés en vigilance orange canicule. Néanmoins, « le 28 juin 2019, à Sète, il faisait déjà 35°C à 9 heures du matin et encore 40°C à 20 heures. Autre faille, le 7 juillet, L’Hérault n’était pas classé en vigilance orange », souligne Adeline Colonat. WelFarm demande donc au Conseil d’État la suppression de l’arrêté de l’été 2019, et également de contraindre le ministère de l’Agriculture à suspendre l’ensemble des transports d’animaux quand les températures sont supérieures à 30°C.

Le ministère de l’Agriculture écrit sur son site internet : « Par des conditions climatiques supérieures à 30°C, compte tenu notamment de la chaleur dégagée par les animaux en dépit du déplacement de véhicule, les bétaillères classiques ne permettent pas de maintenir les températures à l'intérieur des compartiments dans la fourchette réglementaire. » En effet, selon la Réglementation Européenne des transports sur de longues distances, les camions doivent maintenir une température maximale à l’intérieur de l’habitacle des animaux de 30°C. Cette limite est déjà supérieure à celle préconisée par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) de 25°C à l’intérieur des conteneurs transportant des poulets.  

Un manque de contrôle

Avant un long voyage, les services vétérinaires devraient vérifier les conditions climatiques des itinéraires prévus par les transporteurs. « Chaque année, les ONG alertent le ministère. En juillet dernier, l’ONG Animals' Angels a suivi durant 12 heures un camion transportant des moutons de France vers l'Italie malgré une température extérieure de 36,5°C », raconte Adeline Colonat. En 2018, la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) remarque également que de nombreux carnets de route sont contrôlés de « manière très superficielle, voire n’ont pas été contrôlés du tout ».

En attendant la canicule, Welfarm rappelle à l’Ordre des vétérinaires les recommandations en termes de transport des animaux sous fortes chaleurs. L’association demande aussi au Bureau de la Protection des Animaux de veiller à l’application du règlement et de sanctionner les services vétérinaires imprudents.

Rendez-vous à Sète, Nîmes et Lyon

Welfarm choisi la ville de Sète pour inaugurer son application TRUCKalert. Ceci n’est pas un hasard. Ce port bétailler, où la température dépasse généralement les 35°C en été, charge chaque année 150 000 animaux à destination des pays où la température y est bien supérieure. Le 3 juillet, les militants Welfarm étaient quai du Général Durant pour présenter l’appli pendant qu’un camion de sensibilisation a circulé dans la ville. Les militants de l’association poursuivent avec Nîmes le 4 juillet, et Lyon le lendemain.

Welfarm, une association mondiale pour la protection des animaux de ferme

Welfarm a été créée en 1994 par Ghislain Zuccolo, son directeur et Charles Notin, son président, avec l’aide de Compassion In World Farming. Cette association œuvre pour une meilleure prise en compte du bien-être des animaux tout au long de leur vie (élevage, transport, abattage) et construit un dialogue avec les filières animales pour atteindre ce but.
A travers des campagnes de communications, enquêtes terrains, vidéos, documents et conférences, Welfarm a pour objectif de :
-  Soutenir et encourager les différentes initiatives portées par les éleveurs, l’industrie agro-alimentaire et la distribution au profit du bien-être animal
-  Promouvoir la diffusion de l’État des connaissances du monde vivant
-  Favoriser la connaissance et le respect des lois de protection animal auprès de professionnels et du grand public
-  S’engager pour faire évoluer la réglementation française et européenne de protection des animaux
-  Favoriser les soins et hébergements des animaux maltraités 

Les plus lus

Moisson record : avec 173,98 q/ha un néo-zélandais bat le record de rendement en blé
Eric Watson, agriculteur néo-zélandais d’Ashburton, bat pour la deuxième fois consécutive le record du rendement en blé avec une…
Louis Bodin
[VIDEO] Quand le Mr. Météo TF1, Louis Bodin, conduit une moissonneuse-batteuse !
Le groupe agricole Noriap des Hauts-de-France et Seine-Maritime invite Louis Bodin, ingénieur-prévisionniste-météorologue, à…
Julie Bléron, référente agricole de gendarmerie
Dans l’Orne, la gendarmerie a une spécialiste du monde agricole
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie. Sa mission est de recréer un lien entre la gendarmerie et l’agriculture. Avec…
Urine
Le pipi des Parisiens au service de l’agriculture
Comment réduire l’utilisation des engrais chimiques dont l’usage contribue au changement climatique et menace les milieux…
Joseph Boussion & Hugo Clément
Loup abattu - le berger Joseph Boussion recadre Hugo Clément : la vidéo vue plus d’un million de fois
Dimanche 5 juillet, un loup est abattu au col du Lautaret, en Hautes-Alpes. Cet abattage légal est-il normal ? Entre indignation…
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Bovins Viande
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité