Aller au contenu principal

Vu sur leparisien.fr : les vaches mangeraient des pneus dans les prairies

Les manufacturiers ont signé un accord pour récupérer et valoriser les pneus d’ensilage. La presse généraliste a eu une interprétation étonnante de cet accord signé le 15 juillet. Ainsi, les vaches mangeraient des pneus…

Les manufacturiers s'engagent à collecter et valoriser les pneus usagés.
Les manufacturiers s'engagent à collecter et valoriser les pneus usagés.
© Franck Mechekour

 « Désormais, les vaches ne mangeront plus de pneus », indique le Parisien. Sur son site, le journal le Monde a repris l’information et explique que « des millions de pneus vont être retirés des prairies pour préserver la santé des vaches ». Si ce titre permet de générer de l’audience, il n’en reste pas moins erroné. Les journalistes semblent confondre l’utilisation des pneus sur les silos et les déchets présents dans les praires dues à de trop nombreuses incivilités. La journaliste du Parisien débute ainsi son explication « Ils broutent l'herbe fraîche et se retrouvent, la panse, farcie de ferraille. Clous, canettes, barbelés… Chaque année, en France, 60 000 bovins seraient atteints de tumeurs et d'infections, conséquence de la pollution des prairies ». Dans ces articles, les médias citent l’association « Robin des bois ». Les vétérinaires ruraux sont oubliés. L’un d’eux @Guy_Moux a cependant réagi sur twitter. Dans son thread, il décortique point par point l’article.

 

Lire aussi : une charte pour récupérer et valoriser les pneus d'ensilage

 

 

 

 

Le vétérinaire s’amuse notamment de cette « maladie de la quincaillerie », qui serait la première pathologie chez les vaches. « Quel est votre source interroge le twittos ». Et de souligner : « je suis vétérinaire rural je n'ai JAMAIS entendu quelqu'un utiliser le terme de "Maladie de la Quincaillerie".

Autre surprise, l’article évoque une pratique controversée : « Dans tous les cas, éliminer ces gommes permettra aux vaches de retrouver la santé. Et peut-être de mettre fin à une pratique controversée. Des agriculteurs font ingérer un… aimant aux bovins malades afin d'éviter que la ferraille avalée ne se balade librement dans leurs panses ». La méthode est pourtant connue.

 

Les plus lus

Les Touristes
Les touristes, mission agriculteurs : pourquoi le directeur du lycée agricole a validé l'émission d'Arthur sur TF1
Le lycée agricole de Contamine-sur-Arve en Haute-Savoie a accueilli en immersion cinq humoristes et une ancienne miss France pour…
Première mondiale - Une usine pour le recyclage des ficelles et filets agricoles annoncée pour 2022
L’entreprise normande RecyOuest a annoncé le 9 juillet son projet de construction d’une usine de recyclage des ficelles et filets…
Moissons 2021 : premières impressions mitigées et craintes pour la suite
Certains n’ont pas commencé, d’autres sont en pleine récolte. Les moissons 2021 ont pris du retard en raison des pluies de début…
Hélène Thouy
Parti animaliste : cinq choses à savoir sur Hélène Thouy candidate à la Présidentielle
Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, s’est déclarée le jeudi 1er juillet dernier candidate à l’élection…
Demandes de remboursement partiel de la TIC 2020 - Chorus Pro est ouvert aux agriculteurs
Pour le remboursement partiel de la TIC, la taxe intérieure de consommation, les demandes sont à adresser en ligne sur Chorus pro…
Moissonneuse
Moisson 2021 : la Covid-19 empêche le grand public de retourner dans les moissonneuses
Comme en 2020, David Forge agriculteur et youtubeur a mis en sommeil son site moissonneuse.fr, à cause de la Covid-19. Il n’…
Publicité